mercredi 27 juin 2012

Songs for the Deaf de Queens of the Stone Age

 

Songs for the Deaf de Quennes of the Stone Age

Songs for the Deaf de Quennes of the Stone Age

1. You Think I Ain't Worth A Dollar, But I Feel Like a Millionaire
2. No One Knows
3. First It Giveth
4. A Song For the Dead
5. The Sky Is Fallin'
6. Six Shooter
7. Hangin' Tree
8. Go With the Flow
9. Gonna Leave You
10. Do It Again
11. God Is in The Radio
12. Another Love Song
13. A Song for the Deaf
14. Mosquito Song
15. The Lost Art of Keeping A Secret

Songs for the Deaf de Queens of the Stone Age

Sortie > 4 septembre 2002
Durée > 60:52
Genre >  Stoner rock
Label > Interscope

Membres principaux
Josh Homme > chant, guitare
Nick Oliveri > chant, basse
Mark Lanegan > chant
Dave Grohl > batterie

site officiel : QOTSA

Songs for the Deaf de Queens of the Stone Age

 C'est mon chéri qui m'a fait découvrir l'album (comme beaucoup d'autres d'ailleurs) et ce fut le coup de foudre à la première écoute. Mais un coup de foudre foudroyant qui fait que l'on vibre et que l'on se prend une claque à chaque écoute (et je l'ai écouté en boucle, cet album, sans jamais me lasser !). Enfin, vous voyez quoi ! , ce genre de sensations qui prennent aux tripes et vous font frissonner...
Or donc, le groupe nous entraîne dans un road musical aussi planant que puissant, aussi tripant que psychotique. La faute à des riffs entêtants accompagnant des mélodies accrocheuses. Trouvaille originale et qui participe à l'atmosphère de l'album, les morceaux sont entrecoupés de jingles radiophoniques, nous appelant à un long voyage à travers le désert californien.

Autant vous dire que ça crache le feu sacré du rock, le rock pur et dur sans concession, sauvage et halluciné dont on ressort complètement étourdi, fatigué mais finalement apaisé...
Et cerise sur le gateau : c'est Dave Grohl, ex-batteur de Nirvana, qui, le temps d'un enregistrement, reprend du service derrière les fûts...

Je laisse le mot de la fin à Josh Homme : "Songs For The Deaf est un appel à l'évasion. Sous tous ses aspects. Conduire, baiser, se défoncer sont des formes d'évasion. Et l'album ne parle que de cela."
Je vous avais prévenus, c'est du rock pur et dur...

Morceau préféré : First It Giveth
J'adore : Millionaire, Go With the Flow

Songs for the Deaf de Queens of the Stone Age

Note :

Songs for the Deaf de Queens of the Stone Age

Songs for the Deaf de Queens of the Stone Age

mardi 26 juin 2012

Kafka sur le rivage de Haruki Murakami

Kafka sur le rivage de Haruki Murakami

Kafka sur le rivage de Haruki Murakami

Auteur > Haruki Murakami
Editeur > France Loisirs
Genre > conte philosophique
Date de parution > 2003 au Japon, 2006 en France
Titre original > Umibe no Kafuka
Nombre de pages > 835
Traduction > du japonais par Corinne Atlan

auteur
(source :Evene)

 Haruki MurakamiNé à Kyoto en 1949, Haruki Murakami étudie la tragédie grecque à Tokyo. Puis il dirige un club de jazz, avant d'enseigner à Princeton durant quatre années. Son premier livre - non traduit - Ecoute le chant du vent, en 1979, lui vaut le prix Gunzo. Expatrié en Grèce, en Italie puis aux Etats-Unis, il rédige Chroniques de l'oiseau à ressort en 2001 et Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil en 2002. Suite au séisme de Kobe et à l'attentat de Tokyo en 1995, il décide de revenir s'installer au Japon. Il y écrit un recueil de nouvelles Après le tremblement de terre, puis Les Amants du Spoutnik en 2003. Son roman initiatique Kafka sur le rivage, sorti en 2006, l'inscrit définitivement parmi les grands de la littérature internationale. L’oeuvre d’Haruki Murakami oscille entre la pensée bouddhiste qui voit des répercussions à nos actions sur une échelle plus large et la chronique sociale dans un cadre fantastique.

Kafka sur le rivage de Haruki Murakami

Kafka Tamura, quinze ans, fuit sa maison de Tokyo pour échapper à la terrible prophétie que son père a prononcée contre lui. Nakata, vieil homme simple d'esprit, décide lui aussi de prendre la route, obéissant à un appel impérieux, attiré par une force qui le dépasse. Lancés dans une vaste odyssée, nos deux héros vont croiser en chemin des hommes et des chats, une mère maquerelle fantomatique et une prostituée férue de Hegel, des soldats perdus et un inquiétant colonel, des poissons tombant du ciel, et bien d'autres choses encore... avant de voir leur destin converger inexorablement, et de découvrir leur propre vérité.

 Kafka sur le rivage de Haruki Murakami

"- Et pour l'argent, ça s'est arrangé ? demande le garçon nommé Corbeau."

 Kafka sur le rivage de Haruki Murakami

Si je devais résumer mon avis en quelques mots, je dirais que la lecture de ce livre a été une expérience exaltante, déroutante et bouleversante... Et pourtant, rien ne m'avait encouragée à le lire. J'avais acquis ce livre par défaut, juste parce que la date limite d'achat à France Loisirs était arrivé à échéance et que je partais le lendemain sur les routes des vacances ! L'illustration de la couverture avait attiré mon regard, et hop, pressée de retourner à mes valises, j'étais passée à la caisse. Quand je pense que j'ai failli passer à côté de ce petit bijou de drôlerie, de fantaisie et de poésie ! Le livre mélange conte philosophique et récit initiatique avec des personnages follement attachants (et parfois surprenants!). J'ai été littéralement envoûtée par cette fable des temps modernes, tant et si bien qu'en refermant ce livre, les personnages ont continué à m'habiter durant de nombreux mois... Ce livre recèle un univers d'une  richesse tellement incroyable que l'on ne peut s'empêcher de ressentir un sentiment de vide et de manque longtemps après avoir tourné la dernière page...

Appréciation :

note : coup de coeur

Kafka sur le rivage de Haruki Murakami

 

Chapitre 6

    "   -          Bonjour, dit le vieil homme.
Le chat leva à peine la tête et lui rendit son salut à voix basse, d’un ton las. C’était un vieux gros matou noir.
-          Belle journée non ?
-          Hmmm, dit le chat.
-          Pas un nuage !
-          Pour l’instant…
-          Le beau temps ne va pas durer ?
-          Ca va se gâter dans la soirée, à mon avis, répondit le chat noir en étirant lentement une patte et en plissant les yeux en direction du vieil homme.
Il regardait le chat en souriant.
Ce dernier hésita un instant, sans raison apparente, puis se résigna à prendre la parole.
-          Hum, alors comme ça… vous savez parler, vous ?
-          Oui, dit le vieil homme, un peu honteux.
Puis, pour montrer son respect, il ôta son bonnet de montagne en coton tout élimé.
-          Je ne parle pas à tous les chats que je croise, reprit-il, seulement quand les circonstances s’y prêtent, comme maintenant.
-          Hum, fit l’animal, résumant ainsi succinctement ses impressions.
-          Ca ne vous dérange pas si je m’assieds un moment ? Nakata est un peu fatigué de marcher.
Le matou noir se redressa lentement, ses longues moustaches frémissantes, et bâilla à s’en décrocher la mâchoire.
-          Ca ne me dérange pas . Ou plutôt, ça ne me regarde pas. Vous pouvez bien vous asseoir où ça vous chante. Personne ne vous dira rien. (…) Alors comme ça, vous vous appelez Nakata ?
-          Tout à fait, tout à fait. Et vous-même ?
-          J’ai oublié mon nom. Ce n’est pas que je n’en aie jamais eu, mais à un moment donné il a perdu son utilité, et du coup je l’ai oublié.
-          C’est vrai. On oublie vite ce dont on n’a pas besoin. C’est pareil pour Nakata, dit l’homme en se grattant la tête. Vous n’avez donc pas de maître ?
-          J’en ai eu un il y a longtemps, mais plus maintenant. Quelques familles du voisinage me donnent à manger, mais je n’appartiens à aucune en particulier.
Nakata hocha la tête, garda le silence un moment puis demanda :
-          Est-ce que je peux vous appeler Otsuka, alors ?
-          Otsuka ? fit le chat en regardant l’homme d’un air surpris. C’est quoi, cette histoire ?… Pourquoi Otsuka ?
-          Oh, ça n’a pas de sens particulier. C’est juste un nom qui vient de me venir à l’esprit. (…)
-          Hmm. Je ne comprends pas très bien. Les chats n’ont pas besoin de ça. Nous, on se contente de l’odeur, de la forme, de ce qui est là, quoi. Avec ça, il n’y a pas de problème.
-          Oui, je comprends bien, mais pour les humains, ce n’est pas pareil. Il nous faut des dates, des noms, pour nous rappeler un tas de choses.
Le chat souffla l’air par le nez.
-          C’est pas pratique."

 

Kafka sur le rivage de Haruki Murakami

Kafka sur le rivage de Haruki Murakami

Ce roman rentre dans le cadre du Challenge Mythologies du Monde organisé par Myrtille.

Kafka sur le rivage de Haruki Murakami

Challenge organisé par Helran - 1ère comptant pour le Japon...

 

 

Logo Livraddict

babelio

booknode

lundi 25 juin 2012

Jouer avec les ombres et la netteté

Jouer avec les ombres et la netteté

 

Ce tutoriel est destiné à vous montrer comment faire ressortir certains détails de votre image en jouant sur la teinte et la profondeur de champ par l'utilisation de certains réglages (teinte/stauration + exposition), du filtre flou de l'objectif, du calque masque de fusion et de certains outils (pinceau, gomme, pot de remplissage).

Retrouvez ce tuto sur Jouer avec les ombres et la netteté.
Retrouvez l'image finale sur  Jouer avec les ombres et la netteté ou  Jouer avec les ombres et la netteté.

 

Voici les différentes étapes que j'ai suivies pour arriver à l'image de base :

 

Jouer avec les ombres et la netteté

Jouer avec les ombres et la netteté

Jouer avec les ombres et la netteté

Jouer avec les ombres et la netteté