samedi 31 mai 2014

Les valets du roi de Mireille Calmel - Lady Pirate, tome 1

Les valets du roi de Mireille Calmel - Lady Pirate, tome 1

Fiche détaillée

Auteur > Mireille Calmel
Editeur > France Loisirs
Genre > Historique (XVIIè siècle)
Date de parution > 2006
Nombre de pages > 427

auteur
(sources : Fnac)

Mireille CalmelMireille Calmel, née Mireille Claire Rouchon, est un écrivain français née à Martigues le 8 décembre 1964.
Lorsque, à l’âge de 8 ans, elle tombe gravement malade et est déclarée perdue, Mireille commence à écrire, par besoin d’extérioriser sa peur, mais aussi parce qu’elle croit profondément que tant qu’elle écrira, elle ne mourra pas.
Et inexplicablement, la maladie régresse. Peu à peu, Mireille reprend des forces, recommence à marcher. Elle travaille avec acharnement ses cours par correspondance, sans jamais cesser d’écrire : 250 poèmes, des chansons, un roman… Ce n’est qu’à quinze ans qu’elle retrouve une vie pleinement normale. Elle ne pense plus qu’à écrire, lire, chanter, vivre à tout prix.
Elle écrit des chansons, des nouvelles, des pièces de théâtre, dont l’une destinée aux adolescents sera couronnée d’un prix, chante dans les bals populaires, organise un festival de théâtre, monte des spectacles sur différentes scènes à travers la France…
En 1995, elle dépose un dossier d’insertion et obtient le RMI pour écrire ce qui deviendra Le lit d’Aliénor. Cinq ans après, elle envoie son manuscrit à Bernard Fixot, avec qui elle signe son premier contrat. Et c’est le succès : plus de 100 000 exemplaires vendus en librairie en France, 800 000 exemplaires vendus dans le monde… Deux ans après, les héroïnes de son Bal des Louves rencontrent le même engouement auprès du public.
Aujourd'hui, ses livres sont publiés dans une quinzaine de pays européens et elle compte plus de 11 millions de lecteurs.

quatrieme de couverture

Londres, 1696. Déguisée en garçon depuis son enfance pour recevoir une éducation, Mary garde ses habits masculins quand elle doit se débrouiller seule, après l'assassinat de sa mère. Le sort semble s'acharner contre elle lorsque le bateau sur lequel elle a trouvé refuge est attaqué par des corsaires. C'est pourtant son destin qui se joue ce jour-là. Tombée sous le charme de Claude de Forbin, le capitaine, elle découvre l'exaltation des joutes - maritimes et amoureuses... Mais sa nature féminine l'empêche de rester sur le navire. C'est à la cour du roi Jacques, à Saint-Germain-en-Laye, que ses aventures vont continuer. Intrigues de palais et complots se trament, au sein desquels Mary ne perd jamais de vue son but : percer le secret d'un pendentif qu'elle a volé à son oncle. Cela la mènera bien plus loin qu'elle ne pouvait imaginer.

première phrase

"- Qui suis-je, mère ?"

avis personnel

Conseillée par ma binômette Missie, j'avais entrepris la lecture de ce tome lors du challenge "Week-end à 1000" ; je connaissais déjà l'auteure à travers son livre Le lit d'Aliénor, dont le mélange roman historique/éléments de fantasy ne m'avait guère convaincue à l'époque. Cependant, l'avis enthousiaste de Missie sur ce diptyque-là m'a encouragée à retenter ma chance avec l'auteure (d'autant que Missie connaît mon goût pour les histoire de pirates !)

Bref, Lady Pirate retrace donc la biographie romancée de Mary Read, l'une des plus célèbres femmes pirates ayant sévi dans les Antilles au début du XVIIIè siècle. Dans ce 1er tome, on s'attache à son histoire, de son enfance aux 1ères années de son mariage. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que Mary Read a mené une vie peu banale, défiant les conventions sociales, ainsi que la place normalement dévolue aux femmes.

 Si j'ai adoré la 1ère partie du livre, presque aussi enlevée que les romans de cape et d'épées de mon adolescence (mention spéciale aux joutes verbales entre notre héroïne et l'alerte corsaire français Claude de Forbin) , je me suis malheureusement sentie désappointée par la suite de plus en plus décousue de l'intrigue.
On a en effet l'impression que l'auteure part un peu dans tous les sens en multipliant les situations improbables et/ou inutiles au récit (Emma de Mortefontaine livre rapidement ses secrets à Mary, alors qu'elle la connaît à peine ; le mystère du trésor de Moctezuma est abracadabrantesque ; l'entrée de Mary au service d'espionnage du roi Jacques est inutile à l'histoire ; les moyens de son retour en Angleterre après le bombardement de Dunkerque apparaissent peu crédibles ainsi que la manière trop facile dont Emma soutire des informations primordiales auprès des Dumas ...) Bref, certaines données de l'intrigue sont traitées trop superficiellement ou trop rapidement, tandis que les personnages sont trop peu fouillés pour que l'on s'y attache réellement (excepté Claude de Forbin et son bras droit Corneille que j'ai beaucoup aimés ; dommage qu'ils disparaissent rapidement de la vie et des pensées de Mary, aussi rapidement qu'elle a succombé à leurs charmes !sarcastic).

En outre, Mireille Calmel introduit des éléments fantastiques que j'ai trouvés complètement vains car l'histoire véritable de Mary se suffisait à elle-même.

Pour conclure, malgré un début prometteur et une idée de départ intéressante, j'ai été déçue par le caractère poussif ou invraisemblable de certaines scènes ; je trouve que certains choix narratifs de l'auteure gâchent vraiment le potentiel de cette histoire, qui au final est mal exploitée... Mais je remercie Missie de m'avoir donnée envie de donner une chance à ce roman car les 200 premières pages ont été un régal pour moi. Je continuerai avec le tome 2 , d'autant qu'il se situe dans la mer des Caraïbes, et que ce sont les passages à bord du navire du corsaire français qui m'ont enchantée dans ce premier tome... Je garde donc bon espoir pour la suite...^^

Appréciation :

note : 2 sur 5

extrait

  En cet instant, elle ne savait plus. Forbin était déroutant, charmeur, piquant, sensuel et... A quoi bon chercher des excuses à sa faiblesse ? Elle sentait bien que cet homme serait d'importance dans sa vie, tout comme Emma. Il avait beaucoup à lui enseigner. Et Mary avait soif d'apprendre, comprenant qu'elle ne pourrait s'élever qu'à ce prix.
A moins, comme Emma, d'épouser un gentilhomme qui l'anoblirait.
Inconscient de son calcul, Forbin s'apaisa et s'excusa :
- Pardonnez-moi, Emma. Je suis un malappris. J'ai pour ma défense un sang noble que trop de mauvaise fortune a rendu impétueux et ironique. J'ai grandi déchu de mes droits, et ce que je suis devenu, c'est à la seule force de ma détermination et de mon instinct que je le dois. (page 115)

divers

La pourpre et l'or - Murena T1 - de Dufaux et Delaby  

Ma 30ème participation au challenge de Lynnae -  biographie romancée de la femme pirate Mary Read

Challenge "A l'abordage" organisé par Ivy-Read

Ma 1ère participation au challenge d'Ivy-Read.

Logo Livraddict

babelio

samedi 24 mai 2014

Le Félin géant de J.H. Rosny aîné - Roman des âges farouches

Le Félin géant de Rosny aîné - La guerre du feu, tome 2

Fiche détaillée

 Auteur > Rosny aîné
Editeur > Ebooks libres et gratuits
Genre > roman classique, préhistoire
Date de parution > 1918 pour l'édition originale , 2009 pour la présente édition
Format > ePub
Poids du fichier > 1024 Kb (119 pages)

auteur
(sources : Wikipédia)

J.H. Rosny aînéJ.-H. Rosny aîné, pseudonyme de Joseph Henri Honoré Boex, né le 17 février 1856 à Bruxelles et mort le 15 février 1940 à Paris, est un écrivain belge, un des grands fondateurs de la science-fiction moderne.
Après une enfance passée à Bruxelles, il suivit des études scientifiques touchant autant aux mathématiques qu'à la physique-chimie et aux sciences-naturelles. Il partit pour Londres en 1874, où il se maria. En 1885, il s'installa à Paris. Il commença alors d'écrire et de publier, avec son frère, sous le pseudonyme de J.-H. Rosny. Leur premier ouvrage, Nell Horn de l'armée du Salut (1886), est influencé par le naturalisme. Il fut l'un des signataires du fameux Manifeste des cinq, critiquant Émile Zola. En 1887, il fit paraître Les Xipéhuz, dont l'action se déroule dans une lointaine préhistoire et voit se rencontrer humains et intelligence non-organique (certains commentateurs récents parlent d'extraterrestres, mais rien dans la nouvelle ne permet de prétendre que cette vie minéralo-électrique provient d'ailleurs que de la Terre). Rosny partagera d'ailleurs son « œuvre fantastique » entre récits de science-fiction (dont le terme n'existe pas encore) et récits préhistoriques, comme Vamireh (1892, considéré comme le premier véritable roman préhistorique) et surtout La Guerre du Feu (1911). En 1899 il publie dans la Revue Blanche un roman sur les mœurs théatrales, La fauve (1899). C'est en 1897, que J.-H. Rosny est nommé chevalier de la légion d'Honneur.
Ses œuvres de « science-fiction » les plus connues comprennent Le Cataclysme (1888, repris en 1896), Un Autre Monde (1895), La Mort de la Terre (1911), La Force mystérieuse (1913), Les Navigateurs de l'infini (1925). Il reçut la Légion d'honneur en 1897. En 1908, les frères Rosny cessèrent de publier conjointement : Joseph-Henri signa dès lors « J.-H. Rosny aîné », et Séraphin-Justin « J.-H. Rosny jeune ».
Proche d'Edmond de Goncourt, il fit partie de l'Académie Goncourt lors de sa création en 1903, tout comme son frère. Il en sera président de 1926 à 1940, date à laquelle Rosny jeune prend sa succession.

quatrieme de couverture

Dans les temps préhistoriques, Aoûn et Zoûhr quittent leur pays, leur tribu, pour découvrir de nouvelles contrées. Ils rencontreront des animaux inconnus, de terribles ennemis et de nouveaux amis. Au terme de ces rudes aventures, vaincront-ils?...

première phrase

"Aoûn, fils de l’Urus, aimait la contrée souterraine."

avis personnel

Le Félin géant est tout d'abord le roman d'une belle amitié, celle qui lie Aoûn, le fils de Naoh (eh oui, vous ne rêvez pas, enfin pour ceux qui connaissent, mais Aoûn est le rejeton de l'inoubliable héros de La guerre du feu ! ) à Zoûhr le Wah, dernier représentant de la race des Hommes-sans-Epaules.

Leur amitié était profonde. Il n’y avait jamais entre eux aucune cause de colère ni de rancune : chacun trouvait chez l’autre des ressources qui lui manquaient. La force d’Aoûn rassurait Zoûhr et l’émerveillait ; Aoûn aimait la ruse de Zoûhr et les secrets qu’il tenait des Hommes-sans-Épaules. (page27-28)

Ils partagent également le même goût pour l'aventure, ce qui les conduit à quitter leur tribu, les Oulhamr, pour explorer de nouveaux territoires de chasse. Ils découvrent une région giboyeuse où les félins de toutes sortes règnent en maîtres. Blessés par un machairodus (si ce terme vous paraît abscons, c'est normal, il désigne une race de tigres à dents de sabre aujourd'hui disparus !sarcastic), ils trouvent refuge dans une caverne où ils ne tardent pas à s'apercevoir qu'un lion des cavernes  a élu domicile dans la deuxième partie de la grotte. Une fente infranchissable les en protège tandis qu'au fil des jours, hommes et bête s'habituent à leur présence respective... jusqu'à ce que l'impensable se produise !

Le Félin géant de J.H. Rosny aîné - Roman des âges farouches
Aoûn et Zoûhr face au lion des cavernes©Lectures pour tous n°17 du 1er juin1918

Roman d'amitié, roman d'aventures, l'histoire retrace la lutte impitoyable pour la survie de ces hommes primitifs dans un environnement hostile, le développement des sentiments nobles comme l'amour, l'amitié, la pitié. Les descriptions sont d'une rares justesse, servies par une plume magnifique au vocabulaire riche et très évocateur : on ressent toute la puissance de cette animalité qui menace l'humanité à son aube, la fragilité de ces hommes qui évoluent dans une nature intacte où le danger rôde sans répit, leur humilité mêlée d'orgueil face à ce décor grandiose et terrifiant.

Le Félin géant de J.H. Rosny aîné - Roman des âges farouches
fuite devant les Chelléens©éditions G.P. 1980

 Aoûn et Zoûhr entendaient le battement de leurs poitrines. Une vie sans borne était là, d’où ruisselait toute la fécondité de la terre ; le sort des hommes tenait aux flancs noirs des basaltes, aux pics de granit, aux coulées de porphyre, aux gorges où hurlait le torrent et aux vallées douces où la source chantait d’une voix tendre ; il tenait aux armées du sapin et aux légions du hêtre, aux pacages apparus dans les crénelures, aux glaciers perdus parmi les cimes, aux moraines désertiques... (page 5-6)

L'auteur dépeint à merveille la vie nocturne et diurne, les rumeurs de la savane, les sens toujours en éveil des "bêtes verticales" pour échapper aux prédateurs plus puissants qu'elles, même sous la protection du feu.

 L’inquiétude assiégeait Aoûn. Il observait les mâchoires béantes, les dents aiguës, toutes ces prunelles dont le feu faisait des flammeroles d’escarboucles. La mort planait. (page 11-12)

 

Le Félin géant de J.H. Rosny aîné - Roman des âges farouches
rencontre avec un homme lémurien©Lectures pour tous n°18 du 15 juin 1918

 

Comme dans La guerre du feu, l'auteur fait coexister des espèces humaines à des stades différents d'évolution. Aoûn, fils de l'Urus, et Zoûhr, fils de la Terre, s'allient tour à tour aux Hommes-Lémuriens (tribu pacifique dont les membres ont encore une apparence simiesque, condamnée à disparaître) et aux Femmes-Louves (dont le mode de vie fait penser à celui des Amazones) contre leurs ennemis communs, les Hommes-du-Feu (encore appelés les Chelléens), tribu belliciste et anthropophage (faisant penser dans leur description physique aux Néandertaliens) !
Zoûhr lui-même est le dernier représentant de sa race, celle qui a domestiqué le feu et qui disparaîtra avec lui...

Le Félin géant de J.H. Rosny aîné - Roman des âges farouches
alliance avec les Femmes-Louves©Lectures pour tous n°18 du 15 juin 1918

Pour conclure, l'auteur nous invite à une véritable épopée préhistorique qui nous transporte littéralement sur cette terre sauvage et indomptée. Grâce au fabuleux talent de conteur de Rosny Aîné, le lecteur a l'impression de vivre aux côtés des deux guerriers Oulhamr, luttant au jour le jour pour leur survie. Certains passages, d'une très grande poésie, se dégustent avec ses sens. Bref, j'ai adoré et je compte me plonger dans l'intégrale de ses oeuvres préhistoriques !
En plus, j'ai appris une parole d'intimidation, qu'il me tarde de pouvoir recaser :
"«Aoûn Parthenia ouvrira vos poitrines. Il Elle donnera vos chairs aux hyènes.»" (page 73)
Alors, on fait moins les malins, hein ?!? winktonguebad

Appréciation :

note : 5 sur 5

Crédits images : trouvées sur le blog dédié à J.H. Rosny

extrait

 L’Oulhamr s’enivrait des paroles de son compagnon ; l’orgueil dilatait ses narines ; cette tristesse qui appesantissait ses os, lorsqu’il fuyait dans la nuit, s’était dispersée ; son être triomphant s’exaltait à l’aventure, et, tourné vers les pourpres de l’aurore, il aima passionnément la terre inconnue.
Zoûhr balbutia encore :
« Le fils de l’Urus sera un chef parmi les hommes ! »
Puis il poussa une plainte ; sa face prit la couleur de l’argile et il s’évanouit. Alors, Aoûn, voyant que le sang ruisselait sur la poitrine du blessé, se troubla comme s’il avait vu ruisseler son propre sang, et le visage immobile le terrorisa. Une affection terrible et douce palpitait dans sa chair. Les temps qu’ils avaient vécus ensemble s’élevaient en images chaotiques ; il revoyait les sylves, les landes, les brousses, les marécages et les rivières où ils mêlaient leurs énergies, où chacun était pour l’autre une arme vivante.
(page 17-18)

divers

Défi "La guerre du feu"

Ma 6ème participation au défi "La Guerre du feu"

Challenge "Un classique par mois"

Le 2è classique du mois de mai pour le challenge organisé par Stephie.

E-challenge : passons au numérique organisé par Hedyuigirl

Ma 12è participation au challenge d'Hedyuigirl (12/19-31)

 

Logo Livraddict

babelio

mardi 20 mai 2014

Imeni ou la résurrection d'Osiris d'Isabelle Dethan - Sur les terres d'Horus, tome 8

Imeni ou la résurrection d'Osiris d'Isabelle Dethan - Sur les terres d'Horus, tome 8

Fiche détaillée

Scenario > Isabelle Dethan
Dessin > Isabelle Dethan
Couleur > Isabelle Dethan
Editeur > Delcourt
Collection > Conquistador
Série > Sur les terres d'Horus
Genre > BD historique
Date de parution > 2010
Nombre de planches > 46

auteur
(sources : Wikipédia)

Isabelle Dethan

Isabelle Dethan est une dessinatrice et scénariste de bandes dessinées née en 1967 à Bègles. Elle a remporté l'Alph'Art Avenir au festival international de la bande dessinée d'Angoulême en 1992.
Son premier récit est publié en Allemagne, dans la revue Schwermetall.
Après des études de lettres modernes couronnées par une maîtrise et par un CAPES de documentation, elle s'aperçoit qu'il y a quelque chose à tenter en tant qu'auteur de bandes dessinées : elle aime le dessin et l'Histoire, et le festival d'Angoulême organise un concours pour les auteurs amateurs. Elle gagne l'Alph 'Art avenir en 1992 ; les éditeurs, encore dubitatifs six mois avant, lui sourient enfin : c'est le début d'une carrière. Ses premières séries, Mémoire de sable et Le Roi Cyclope, qu'elle réalise en tant qu'auteur complet, se déroulent dans un monde parallèle, mais sur les conseils de son compagnon, Mazan, elle se lance dans l'aventure historique avec Sur les terres d'Horus, en 2000. Khéti, fils du Nil, série destinée à un plus jeune public voit le jour en 2006, en collaboration avec Mazan au dessin.
Isabelle Dethan scénarise aussi Le Rêve de pierres ( éd. Vents d'Ouest) pour Daphné Collignon, et Le Tombeau d'Alexandre (éd. Delcourt) avec Julien Maffre aux pinceaux : le XIXe siècle, aventureux et orientalisant (toutes ses dernières séries portent sur l'Égypte !), Isabelle Dethan fait aussi dans la veine intimiste : Tante Henriette, Ingrid, ou encore Eva aux mains bleues, explorent de diverses façons les souvenirs d'enfance...

quatrieme de couverture

Après avoir appris qu'Imeni était toujours en vie, Meresankh rompt avec le prince Khaemouaset, et part pour le sud de l'Egypte, afin de délivrer le jeune homme, prisonnier des mines de Pharaon. Au même moment, des raids meurtriers contre des convois d'or contraignent Ramsès II à envoyer ses deux fils aînés, Ramessou et Khaemouaset, pour rétablir l'ordre dans ces mêmes mines où Mery espère revoir Imeni. Tous se retrouvent alors au fortin du Mont-Mehyt, où ils devront affronter ensemble de vieux ennemis communs. À l'origine des troubles dans la région, ces derniers s'apprêtent à engager une grande bataille pour prendre le contrôle de la mine d'or, et asseoir ainsi leur domination sur tout le sud du Double Royaume...

avis personnel

 La boucle est bouclée (d'une part parce que nous retrouvons des protagonistes du tome 2  mettant ainsi véritablement fin à l'intrigue initiale, d'autre part parce qu'Imeni réapparaît), mais je dois avouer que ce final me laisse un peu sur ma faim.

En effet, je trouve que le dénouement est trop rapidement amené, puis expédié, ne jouant pas assez sur le dilemme amoureux de Meresankht. En effet, depuis le début de la saga, nous suivons l'évolution des sentiments de Mery à l'égard du prince, tour à tour collaboratrice efficace, femme meurtrie rejetant son amour, puis amante reconnaissante, tandis que le prince, dont la constance ne s'est jamais démentie, a connu les tourments cruels de l'amour non partagé.
D'ailleurs, le face-à-face entre Kha et Mery où le prince, fou d'amour et de jalousie, la renie, m'a plus émue que les retrouvailles entre elle et son amant disparu.

Il manque donc quelques planches à l'intrigue pour effacer cette impression de manque de profondeur, d'autant que les procédés pour introduire les personnages censés disparus semblent un peu artificiels...

Bref, ce dernier tome me paraît donc inférieur au reste de la série, mais les couleurs sont toujours aussi vibrantes et les détails soignés !

Pour conclure, Sur les terres d'Horus est une saga absolument captivante, même si les albums sont parfois assez inégaux avec des enquêtes pas toujours convaincantes.  Mais le talent de l'auteure nous fait oublier ces quelques défauts tant les dessins fourmillent de détails réalistes, magnifiés par des illustrations lumineuses. En outre, la pédagogie du propos n'est jamais pesante, bien au contraire, et se fond à merveille dans les décors et les gestes de ces Egyptiens de l'Antiquité...

Appréciation :

note : 3 sur 5

Mes autres avis sur la saga : tome 1tome 2tome 3tome 4 ♦ tome 5 ♦ tome 6 ♦ tome 7[série terminée]

extrait

Imeni ou la résurrection d'Osiris d'Isabelle Dethan - Sur les terres d'Horus, tome 8    Imeni ou la résurrection d'Osiris d'Isabelle Dethan - Sur les terres d'Horus, tome 8

divers

Challenge "Voyage dans l'Egypte antique" proposé par Soukee

 Ma 9ème participation au challenge de Soukee -

 La pourpre et l'or - Murena T1 - de Dufaux et Delaby

 Ma ème participation au challenge de Lynnae - Khaemouaset, fils de Ramsès II  apparait dans cette BD.

Challenge "Polar historique" organisé par Samlor

Ma 9ème participation au challenge de Samlor repris par Sharon.

Logo Livraddict

babelio