lundi 30 septembre 2013

Le Ventre de Paris d'Emile Zola - Les Rougon-Macquart, tome 3

Le Ventre de Paris d'Emile Zola - Les Rougon-Macquart, tome 3

 

Le Ventre de Paris d'Emile Zola - Les Rougon-Macquart, tome 3

Fiche détaillée

 Auteur > Emile Zola
Editeur > Le Grand Livre du mois
Collection > Les trésors de la littérature
Série > Les Rougon-Macquart, tome 3
Genre > classique, roman naturaliste
Date de parution > 1874 dans l'édition originale, 1999 dans la présente édition
Nombre de pages > 290 (614)

La fortune des Rougon de Zola - Les Rougon-Macquart, tome 1
(sources : Evene, Bac de français & L'internaute)

 Zola

Né en 1840, après une scolarité moyenne et trois ans de galère, Emile Zola trouve un emploi dans une librairie grâce auquel il rencontre nombre d'écrivains et se lance dans le journalisme. Mais depuis son adolescence il n'a cessé d'écrire et, en 1867, sort son premier roman, Thérèse Raquin. C'est grâce au cycle romanesque des Rougon-Macquart, grande fresque sociale et familiale, qu'il obtient le succès et le confort matériel. La fin de sa vie est marquée par son engagement républicain et par sa lutte pour la justice. Il a en effet soutenu le Capitaine Dreyfus, victime d'un complot antisémite ; en témoigne l'article célèbre publié dans l'AuroreJ'accuse !. Condamné à un an d’emprisonnement et à 3 000 francs d’amende, il doit quitter la France le 18 juillet 1898. A son retour, en 1899, injurié, radié de l’ordre de la Légion d’honneur, abandonné par une grande partie de ses lecteurs, il meurt asphyxié par le poêle de son bureau en 1902. Une foule rendit hommage pendant ses obsèques à celui qui avait osé mettre en jeu sa notoriété au nom de la morale; parmi eux des mineurs venus spécialement du nord .Grand observateur du sujet humain, Zola développe dans ses romans une analyse "naturaliste" de ses personnages. Citons parmi ses romans les plus connus, L'Assommoir, Nana ou Germinal.

quatrieme de couverture

C'est dans les Halles centrales de Paris récemment construites par Baltard que Zola situe le troisième épisode des Rougon Macquart.
Après " la course aux millions " décrite dans la Curée, ce sera la fête breughelienne du Ventre de Paris, sa foule fiévreuse, tourbillonnante et bigarrée, ses amoncellements de victuailles, ses flamboiements de couleurs, ses odeurs puissantes de fermes, de jardins et de marées. Florent, arrêté par erreur après le coup d'Etat du 2 décembre 1851, s'est évadé du bagne de Cayenne après 7 ans d'épreuves.
Il retrouve à Paris son demi-frère qui, marié à la belle Lisa Macquart fait prospérer l'opulente charcuterie Quenu Gradelle. Mais la place de Florent est-elle à leurs côtés ? A-t-il renoncé à ses rêves de justice ? Car si l'Empire a su procurer au " ventre boutiquier, au ventre de l'honnête moyenne,... le consentement large et solide de la bête broyant le foin au râtelier ", il n'a guère contenté les affamés. 

première phrase

 "Au milieu du grand silence, et dans le désert de l'avenue, les voitures de maraîchers montaient vers Paris, avec les cahots rythmés de leurs roues, dont les échos battaient les façades des maisons, endormies aux deux bords, derrière les lignes confuses des ormes."

avis personnel

Publié fin 1873, Le Ventre de Paris est le 3ème tome de la fresque sociale Les Rougon-Macquart et met en scène Florent, un idéaliste républicain, arrêté par erreur après le coup d'état du 2 décembre 1851 et qui s'évade du bagne de Cayenne sept ans plus tard pour se réfugier chez son demi-frère, Quenu, qui tient un commerce de charcuterie prospère.
Comme pour La Curée, l'histoire se déroule à Paris, mais cette fois, l'auteur décrit la vie des petits-bourgeois boutiquiers avides d'aisance et de bonne chair après celle de la haute bourgeoisie travaillée par ses appétits de luxe et de pouvoir.
Le titre est une double métaphore faisant d'abord référence aux Halles de Paris où la nourriture est abondante, ensuite à l'absence de coeur des commerçants qui ne sont intéressés que par la satisfaction de leur appétit.

Les Halles, un personnage à part entière :

C'est à travers les yeux d'un Florent abasourdi et perdu que le lecteur découvre les Halles, présentées comme "une machine moderne, hors de toute mesure, quelque machine à vapeur, quelque chaudière destinée à la digestion d'un peuple, gigantesque ventre de métal, boulonné, rivé, fait de bois, de verre, de fonte, d'une élégance et d'une puissance de moteur mécanique" (page 29) et d'où se dégage un sentiment de puissance et de rigidité.
Ces Halles, dont la construction, confiée à Baltard, a débuté en 1854 et s'étale sur 20 ans (donc, inachevée au moment où Zola écrit ce volume), symbolise la modernité. On ressent à travers les descriptions de l'auteur la fascination qu'elles ont exercée sur son esprit puisqu'il consacre un bon quart de son livre sur l'activité foisonnante du marché.

Le Ventre de Paris d'Emile Zola - Les Rougon-Macquart, tome 3

Habilement, Zola nous épargne l'ennui de cette abondance de descriptions en alternant les points de vue. En effet, l'environnement des Halles reflète les émotions ou la personnalité du personnage qui nous guide à travers elles. Ainsi, cet environnement apparaît dès le début hostile à Florent qui ressent en son sein une impression de saturation, amplifiée par les relents de pourriture ou de puanteur qui l'étouffent et l'écoeurent.
Tandis qu'à travers Claude Lantier, le peintre, nous avons une vision extrêmement vivante et colorée de l'endroit, qu'il nous dépeint d'une manière très picturale et où les senteurs des fleurs ou des fruits embaument l'air.
Les Halles apparaissent donc comme un endroit ambivalent, fascinant ou mortifère selon le tempérament de qui les regarde.

Mais les Halles, en dehors de leur structure métallique et de leur animation, apparaissent également comme un être doué d'une vie propre qui avale, digère puis expulse tout corps étranger : "[Florent] poussa violemment la fenêtre, laissa [les Halles] vautrées au fond de l'ombre, toutes nues, en sueur encore, dépoitraillées, montrant leur ventre ballonné et se soulageant sous les étoiles." (page 264)

Florent, une victime sacrificielle :

Dès le premier chapitre, on pressent le destin tragique de Florent . Tout d'abord, le fait qu'il se retrouve rue Montorgueil, là où "une bande de sergents de ville l'avait pris, dans la nuit du 4 décembre" (page 14)  sept ans plus tôt, laisse planer un sentiment de malaise et paraît de mauvais augure pour la suite. Cette allusion est l'occasion pour l'auteur de nous dresser un premier flash-back sur le passé de Florent où il est arrêté et condamné de manière arbitraire, échappant de justesse à une exécution sommaire, et de nous faire prendre conscience de la férocité de la répression qui a suivi le coup d'état de 1851.

Le Ventre de Paris d'Emile Zola - Les Rougon-Macquart, tome 3
Florent et la répression de  1851

Ensuite, comme dit précédemment, le quartier des Halles, dans lequel il erre, affolé et perdu, semble le rejeter, préfigurant le sort qu'il lui réserve à la fin du roman. En effet, Florent est perçu par les habitants comme un étranger, dont les traits de caractère (frugalité, timidité, rêve utopiste) si différents des leurs l'excluent d'entrée de jeu.
Et pire que tout, Florent est un maigre, tare physique provoquant suspicion et rejet chez ces commerçants repus de graisse.

La bataille entre les «Gras» et les «Maigres» :

La nourriture est dans ce livre un signe distinctif de richesse. Les Gras, représentés par les commerçants des Halles, n'éprouvent donc que méfiance envers les Maigres, personnalisés par Florent ou Claude Lantier, dont la maigreur est perçue comme la conséquences de leur vices et de leur fourberie supposée. "Il ne peut pas seulement engraisser le malheureux, tant il est rongé de méchanceté." pense Lisa de son beau-frère (page 159).

Le Ventre de Paris d'Emile Zola - Les Rougon-Macquart, tome 3
Lisa sur le pas de sa boutique

Zola utilise cette métaphore des «Gras» et des «Maigres» pour critiquer l'absence totale de fraternité ou d'empathie de cette bourgeoisie favorable à la dictature de Napoléon III juste parce que l'empire garantit la prospérité du commerce. Lisa Quenu explique d'ailleurs fort bien cette philosophie, celle des "honnêtes gens... Je suis reconnaissante au gouvernement, quand mon commerce va bien, quand je mange ma soupe tranquille, et que je dors sans être réveillée par des coups de fusil..." (page 155).
En dehors de ces considérations, ces "honnêtes gens" sont indifférents à l'injustice qui frappe les prolétaires, et plus particulièrement Florent. Le passage où celui-ci raconte ses souffrances et ses humiliations de forçat est d'ailleurs édifiant. Le récit poignant qu'il en fait : "On vivait en bête, avec le fouet éternellement levé sur les épaules. Ces misérables voulaient tuer l'homme..." (page 89) laisse Lisa complètement insensible, provoque au contraire chez elle dégoût et mépris. Progressivement, elle en vient à haïr son beau-frère de peur qu'il ne compromette leur situation et n'apporte la ruine de leur maison. Et pour préserver son confort, Lisa avoue à son mari qu'elle est prête à tout : "je t'avertis que je me débarrasserai de lui carrément... Je t'avertis, tu comprends !" (page 159).
Car dans cette lutte des «Gras» contre les «Maigres», des bien nourris contre les mal nourris,  les «Gras» l'emportent toujours sur les «Maigres».

Un monde clos dominé par les femmes :

Deux groupes de femmes apparaissent prépondérants dans ce roman.

Le Ventre de Paris d'Emile Zola - Les Rougon-Macquart, tome 3
Louise et Lisa

D'un côté, nous avons le duo rival formé par Lisa Quenu, surnommée la belle Lisa ou la belle charcutière et par Louise Méhudin surnommée la belle Normande.
De l'autre, le trio friand de commérages formé par mademoiselle Saget, une vieille fille qui orchestre la campagne contre Florent, la Sarriette et sa tante Mme Lecoeur (dont le nom lui sied si mal !) !
Mademoiselle Saget, enragée de curiosité, attise la rivalité entre la belle Lisa et la belle Normande dans le but de découvrir le secret qui entoure l'arrivée mystérieuse de Florent, allant jusqu'à répandre la rumeur que non seulement Florent est l'amant de Lisa mais qu'il l'est également des deux soeurs Méhudin.
Lorsque Florent est entraîné par Gavard, un parent de la Sariette et de Mme Lecoeur, dans une conspiration (inoffensive car il s'avère que les conspirateurs ne sont en fait que des fantoches) contre l'empire, elle n'hésite pas à grossir de mensonges ses médisances, affirmant que Florent aurait tué 6 gendarmes avant d'être envoyé au bagne.
Ce sont ses révélations sur le projet d'insurrection de Florent qui vont précipiter la chute du forçat évadé, entraînant du même coup celle de Gavard dont les 3 commères convoitent le magot.
Une scène m'a particulièrement marquée : celle où les odeurs incommodantes des fromages viennent souligner la nature abjecte des 3 femmes et de leurs propos malveillants. "C'était une cacophonie de souffles infects, depuis les lourdeurs molles des pâtes cuites, du gruyère et du hollande, jusqu'aux pointes alaclines de l'olivet. (...) Cependant, il semblait que c'étaient les paroles mauvaises de madame Lecoeur et de mademoiselle Saget qui puaient si fort." (page 230)

Le Ventre de Paris d'Emile Zola - Les Rougon-Macquart, tome 3
La symphonie des fromages

Comble de l'ironie, la réconciliation finale des deux rivales que sont Lisa et Louise condamne Florent à une nouvelle déportation...
C'est Claude qui commentera, désabusé, le dénouement de l'histoire en s'exclamant : "Quels gredins que les honnêtes gens !"

Les membres de la dynastie au second plan :

Le Ventre de Paris d'Emile Zola - Les Rougon-Macquart, tome 3

Avant d'en finir avec ma chronique, quelques mots sur la place des représentants des Rougon-Macquart. Cette fois, ils passent au second plan, même si Lisa Macquart, épouse Quenu, a un rôle important. Pour rappel, Lisa est la fille de Fine Gavaudan de qui elle tient son goût pour le travail, et d'Antoine Macquart dont elle a hérité le "besoin de bien-être très arrêté", ainsi que la soeur de Gervaise et de Jean, évoqués brièvement dans La fortune des Rougon.
Sa fille Pauline, âgé ici de 7 ans, sera l'héroïne de La joie de vivre, et Claude, l'artiste peintre qui guide Florent à travers les Halles, reviendra dans L'Oeuvre.

Un petit clin d'oeil est fait à Saccard lorque Lisa critique sa manière de vivre et d'amasser sa fortune : "Tenez, j'ai un cousin à Paris... Je ne le vois pas, les deux familles sont brouillées. Il a pris le nom de Saccard, pour faire oublier certaines choses... Eh bien, ce cousin, m'a-t-on dit, gagne des millions. Ca ne vit pas, ça se brûle le sang, c'est toujours par voies et par chemins, au milieu de trafics d'enfer. (...) Je l'ai aperçu, l'autre jour, en voiture; il était tout jaune, il avait l'air joliment sournois. Un homme qui gagne de l'argent n'a pas une mine de cette couleur-là. Enfin, ça le regarde... Nous préférons ne gagner que cent sous, et profiter des cent sous." (page 57)
Cette diatribe est à elle seule une véritable profession de foi et résume la personnalité de Lisa : économe, honnête (elle va jusqu'à proposer à Florent sa part d'héritage), chaste, convenable, ses qualités cachent en fait une hypocrisie doucereuse, un égoïsme et une lâcheté confondants qui en font un personnage terrifiant sous son apparente placidité.

La cruauté dont elle et une poignée de Gras font preuve à l'égard de Florent est à ce titre glaçante... La scène à la Préfecture de Police est d'ailleurs saisissante, où l'on apprend que Florent a été dénoncé par presque tous les habitants du quartier !

J'ai trouvé ce 3ème tome particulièrement pessismiste et désespérant sur la nature humaine : Zola atteint des sommets dans la peinture au vitriol de cette petite-bourgeoisie uniquement préoccupée de son bien-être et de son goût pour la médisance, n'hésitant pas à faire condamner à la déportation deux êtres inoffensifs...
Encore heureux que Claude Lantier et Madame François sont là pour compenser la médiocrité et la pourriture morale de cette classe sociale faussement honnête !

Le Ventre de Paris d'Emile Zola - Les Rougon-Macquart, tome 3
Florent et Claude dans la charette de madame François

Appréciation :

note : 5 sur 5

Mes autres avis sur la saga : tome 1 ♦  tome 2

Crédits images : édition Fasquelle de 1906

extrait

page 76 :
"Une grande brune poussait la porte de la boutique. C'était la belle poissonnière, Louise Méhudin, dite la Normande. Elle avait une beauté hardie, très blanche et délicate de peau, presque aussi forte que Lisa, mais d'oeil plus effronté et de poitrine plus vivante. Elle entra, cavalière, avec sa chaîne d'or sonnant sur son tablier, ses cheveux nus peignés à la mode, son noeud de gorge, un noeud de dentelle qui faisait d'elle une des reines coquettes des Halles. Elle portait une vague odeur de marée; et, sur une de ses mains, près du petit doigt, il y avait une écaille de hareng, qui mettait là une mouche de nacre. Les deux femmes, ayant habité la même maison, rue Pirouette, étaient des amies intimes, très liées par une pointe de rivalité qui les faisait s'occuper l'une de l'autre, continuellement. Dans le quartier, on disait la belle Normande, comme on disait la belle Lisa. Cela les opposait, les comparait, les forçait à soutenir chacune sa renommée de beauté. En se penchant un peu, la charcutière, de son comptoir, apercevait dans le pavillon, en face, la poissonnière, au milieu de ses saumons et de ses turbots. Elles se surveillaient toutes deux.  La belle Lisa se serrait davantage dans ses corsets. La belle Normande ajoutait des bagues  ses doigts et des noeuds à ses épaules. Quand elles se rencontraient, elles étaient très douces, très complimenteuses, l'oeil furtif sous la paupière à demi close, cherchant les défauts. Elles affectaient de se servir l'une chez l'autre et de s'aimer beaucoup."

divers

 

Lecture commune

Lecture commune organisée par Nadou_971.
D'autres billets : Nadou_971 ♦ LeaDelphine ♦ Pampoune ♦ Bibliophile ♦ 

Challenge "Relisons les Rougon-Macquart" organisé par Galipette, George & MissBouquinaix

Ma 3ème participation au challenge de Lili Galipette, George & MissBouquinaix.

Challenge "Rougon-Macquart" organisé par AnGee Ersatz

Ma 3ème participation au challenge d'AnGee Ersatz.

Challenge "Un classique par mois"

Le 2ème classique du mois de septembre pour le challenge organisé par Stephie.

Rendez-vous "La 99è page"

Logo Livraddict

babelio

booknode

vendredi 27 septembre 2013

Challenge "On rêvait Révolution" organisé par Dakness Turns Me On

 

Ben voilà, j'ai encore craqué sur un challenge... Que voulez-vous, je suis faible ! Mais comment résister au thème proposé par Darkness Turns Me On, hein ? Comment ? moi qui suis fan du XVIIIème siècle... et qui ai plusieurs livres de toutes sortes sur le sujet ?

Mais foin de bavardages ! Je laisse Darkness, fana comme moi de la Révolution française, en expliquer les règles :

Challenge "On rêvait Révolution" organisé par Dakness Turns Me On

Le principe est simple, il suffit de lire le plus de livres possible (histoires avec des personnages réels ou non, fiction, biographie...) se déroulant durant la Révolution de janvier 1789 à décembre 1794 (fin de la Terreur). Si le livre que vous lisez commence avant la Révolution mais comporte une partie assez conséquente sur le sujet, la lecture comptera. De même, si le livre commence par la Révolution & se termine plus tard. Pour les biographies, si le personnage a un rapport avec la Révolution cela rentre aussi dans le challenge.

Ce challenge est illimité dans le temps & comporte 4 niveaux. Une fois qu'un palier est atteint, il est possible de passer au niveau supérieur, par contre impossible de régresser.

 

Challenge "On rêvait Révolution" organisé par Dakness Turns Me On

Trois conditions sont à remplir pour participer :

- Faire un article de présentation du challenge sur votre blog (vous pourrez choisir le logo de votre choix entre les deux proposés)
- Me tenir au courant de vos lectures, soit ici, soit sur l'article du challenge sur mon blog, bien sur, vous pouvez participer même si vous n'avez pas de blog, il suffira de me tenir au courant de vos lectures
- Intégrer à vos chroniques entrant dans le challenge une des vignettes ci-dessous (le choix entre les deux ou si vous voulez les alternés, aucun soucis)

 Les niveaux :

Louis XVI : 1 à 5 livres
Marie Antoinette : 5 à 10 livres
Camille Desmoulins : 10 à 15 livres
Maximilien Robespierre : Plus de 15 livres

Les inscriptions peuvent se faire sur son blog ou sur Livraddict...

mes participations

J'ai choisi de m'inscrire au niveau Maximilien de Robespierre... (3/16)

Brissot, le roman d'un révolutionnaire de Michel Auboin ♦
♦ Et toujours ces ombres sur le fleuve de Nathalie de Broc ♦
Le Fleuve guillotine d'Antoine de Meaux ♦

jeudi 26 septembre 2013

La 99ème page... du mardi 24 septembre 2013

La 99ème page du mardi 11 décembre...

"Le premier jour, Gavard donna à Florent quelques détails sur monsieur Lebigre. C'était un brave homme qui venait parfois prendre son café avec eux. On ne se gênait pas devant lui, parce qu'il avait dit un jour qu'il s'était battu en 48. Il causit peu, paraissait bêta. En passant, avant d'entrer dans le cabinet, chacun de ces messieurs lui donnait une poignée de main silencieuse, par-dessus les verres et les bouteilles. Le plus souvent, il avait à côté de lui, sur la banquette de cuir rouge, une petite femme blonde, une fille qu'il avait prise pour le service du comptoir, outre le garçon à tablier blanc qui s'occupait des tables et du billard. Elle se nommait Rose, était très douce, très soumise. Gavard, clignant de l'oeil, raconta à Florent qu'elle poussait la soumission fort loin avec le patron.  D'ailleurs, ces messieurs se faisaient servir par Rose, qui entrait et qui sortait, de son air humble et heureux, au milieu des plus orageuses discussions politiques."

La 99ème page... du mardi 24 septembre 2013

ma chronique

mardi 24 septembre 2013

Défi "Le siècle des Lumières"

Défi "Le siècle des Lumières"
Le 5 octobre, nous fêterons le tricentenaire de la naissance de Diderot, un philosophe que j'affectionne particulièrement.
Etant passionnée par le XVIIIème siècle, l'envie de faire un challenge sur ce thème me titillait depuis plusieurs mois, mais ayant lancé deux challenges et participant à plusieurs autres, j'avais peur de ne pas pouvoir m'y consacrer autant que j'aurais voulu...
C'est pourquoi ce défi durera 4 ans pour prendre fin le 16 novembre 2017 qui est... le tricentenaire de la naissance de d'Alembert, l'autre directeur avec Diderot de L'Encyclopédie, l'emblème de ce siècle éclairé !

Comme pour mes autres challenges, j'accepte tout type de support pour ce défi :
♠ les romans, pièces de théâtre, essais philosophiques ou scientifiques, oeuvres musicales écrits durant la période 1670-1820 par tout auteur de cette Europe des Lumières ♠
♠ les romans contemporains ou films se déroulant à cette période et faisant intervenir un personnage ou un combat emblématique du thème ♠
♠ les expositions, les documentaires, etc, y faisant référence ♠

Défi "Le siècle des Lumières"

Durée :
4 ans et 1 mois du 5 octobre 2013 au 16 novembre 2017

Inscriptions :
Acceptées jusqu'au 30 septembre 2017 sur cette page ou sur Livraddict ou sur Babelio (mais de préférence sur mon blog afin de me faciliter la collecte des billets !^^).
On choisit un grade à ce moment-là; l'on peut évoluer au grade supérieur n'importe quand, mais l'inverse n'est pas valable.

Principe :
Ecrire le nombre de billets correspondant au grade choisi dans le délai imparti.
Faire un article de présentation (ou pas ^^) et inclure le logo du challenge dans le ou les billets comptant pour le défi.
Mais le plus important : prendre du plaisir !

Grade:
1 billet > Mme de Tencin
2 à 4 billets > Lavoisier
5 à 9 billets > Condorcet
10 à 14 billets > Mme du Deffand
 15 à 19 billets > Voltaire
20 à 24 billets > Emilie du Châtelet
25 à 29 billets > D'Alembert
30 à 35 billets > Olympe de Gouge
plus de 35 billets > Diderot

EDIT du 07/07/15 : Girafe a eu la gentillesse de nous donner un lien vers la magnifique exposition sur Les Lumières à la BNF !!

Pour info, d'autres challenges, auxquels je participe, sont complémentaires du mien. Je vous laisse les liens de ces blogs au cas où ces challenges vous intéresseraient :
 Challenge "On rêvait Révolution" organisé par Darkness Turns Me On ♦
♦ Challenge "Histoire" repris par Lynnae ♦

Crédit images :
cadres : chulii-stock & goth-stock
tableaux :  Dans le Salon de Madame Geoffrin en 1755 de Gabriel Lemmonnier, 1812, Château de Malmaison, Rueil;
 Antoine Lavoisier et son épouse de Jacques-Louis David, 1788, Metropolitan Museum of Art, New York.

Lavoisier :

Florence (3/2-4) :
♠ Mauprat de George Sand ♠
♠ A l'ombre de la guillotine d'Anne Perry ♠
♠ Le meunier d'Angibault de George Sand ♠

Pirouette001 (2/2-4) :
♠ Micromegas de Voltaire ♠
♠ L'ingénu de Voltaire ♠

Condorcet :

Girafe83500 (1/5-9) :
♠ Lettres Persanes de Montesquieu ♠

Isallysun (0/5-9) :

Kallaria (0/5-9) :
♠ billet de présentation

Purplevelvet (1/5-9) :
♠ billet de présentation
♠ L'énigme des Blancs-Manteaux de Jean-François Parot ♠

Sylly (0/5-9)
♠ billet de présentation

Mme du Deffand :

Excalibri (5/10-14) :
♠ billet de présentation
♠ Petit livre des mots d'esprit ou la fine fleur de la répartie à la française de Delphine Dupuis ♠
♠ L'Allée du roi de Françoise Chandernagor ♠
♠ Zadig et autres contes de Voltaire ♠
♠ Les Confessions de Constanze Mozart d'Isabelle Duquesnoy ♠
♠ Jacques le Fataliste de Diderot ♠

Voltaire :

Relax67 (9/15-19) :
♠ La fille sous la dunette de Bourgeon - Les Passagers du vent, tome 1 (BD) ♠
♠ Le Ponton de Bourgeon - Les Passagers du vent, tome 2 (BD) ♠
♠ Le comptoir de Juda de Bourgeon - Les Passagers du vent, tome 3 (BD) ♠
♠ Candide de Voltaire ♠
♠ Le Souper de Jean-Claude Brisville ♠
♠ L'heure du serpent de Bourgeon - Les Passagers du vent, tome 4 (BD) ♠
♠ L'antichambre de Jean-Claude Brisville ♠
♠ Le bois d'ébène de Bourgeon - Les Passagers du vent, tome 5 (BD) ♠
♠ La Petite Fille Bois-Caïman : Livre 1 de Bourgeon - Les Passagers du vent, tome 6 (BD) ♠
♠ La Petite Fille Bois-Caïman : Livre 2 de Bourgeon - Les Passagers du vent, tome 6.2 (BD) ♠

Olympe de Gouge

Bina (16/30-35) :
♠ L'île des esclaves de Marivaux ♠
♠ Émile ou de l'éducation de Rousseau ♠
♠ Les Rêveries du promeneur solitaire de Rousseau ♠
Discours sur les sciences et les arts de Rousseau ♠
♠ Lettres à Malesherbes de Rousseau ♠
♠ Julie ou la nouvelle Héloïse de Rousseau ♠
♠ Les Confessions de Rousseau, tome 1tome 2
♠ Du contrat social de Rousseau ♠
♠ La Colonie de Marivaux ♠
♠ Turcaret de Lesage ♠
♠ Crispin de Lesage ♠
♠ Zamor et Mirza ou l'Esclavage des Noirs d'Olympe de Gouges ♠
♠ L'affaire Calas de Voltaire ♠
♠ La conversation de Jean d'Ormesson ♠
♠ Le Souper de Jean-Claude Brisville ♠
♠ Ainsi soit Olympe de Gouge de Benoîte Groult ♠

Diderot :

Parthenia (7/36) :
♠  Brissot, le roman d'un révolutionnaire de Michel Auboin ♠
♠ Et toujours ces ombres sur le fleuve de Nathalie de Broc ♠
Meurtre dans le boudoir de Frédéric Lenormand - Voltaire mène l'enquête, tome 2 ♠
♠ Le Fleuve guillotine d'Antoine de Meaux ♠
Suzon de Louise Bachellerie - Les Maîtresses du Temps, tome 1 ♠
Scandaleuse Elisabeth d'Eléonore Fernaye - La Famille d'Arsac, tome 1 ♠
♠  Le 3ème Gédéon, tome 1 de Taro Nogizaka ♠

Xavier C (5/36) :
♠ billet de présentation
♠ Les Voyages de Casanova (textes de Marco Carminati à partir de Casanova) ♠
♠ Casanova et la femme sans visage d'Olivier Barde-Cabuçon - Une enquête du commissaire aux morts étranges, tome 1 ♠
♠ L'Épervier - Les escales d'un corsaire de Patrice Pellerin ♠
♠ Les Souvenirs de la pendule, tome 1 de Cothias & Norma (BD) ♠
♠ Messe noire de Olivier Barde-Cabuçon - Une enquête du commissaire aux morts étranges, tome 2 ♠

[Top Ten Tuesday] Les 10 meilleurs deuxième livre de série (3)

rendez-vous top ten tuesay

What is it ?

Tout simplement un rendez-vous hebdomadaire pour lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog de Iani.

Le sujet de la semaine est le suivant :

Les 10 meilleurs deuxième livre de série :

Je ne lis pas beaucoup de série, aussi je ne sais pas si je vais réussir à remplir le top ten de cette semaine, mais tentons le coup !

  1.  Le Trône de fer : Le Donjon rouge

    Le trône de fer tome 2

  2. La Roue du Temps : L'Œil du monde 

    La roue du temps tome 2

  3. Fortune de France : En nos vertes années

    Fortune de France t2

  4. Les Conquérants de l'impossible : Celui qui revenait de loin

     Les Conquérants de l'impossible, tome 02

  5. La Bicyclette bleue : 101, avenue Henri-Martin

    La bicyclette bleue tome 2

  6. Les Rois maudits : La Reine étranglée

    Les rois maudits tome 2

  7. Histoire de la vie privée : De l'Europe féodale à la Renaissance

    Histoire de la vie privée t2

  8. La trilogie des elfes : La Nuit des elfes

    La Trilogie des elfes, tome 2

  9. Seigneur des deux terres : L'Oasis

    Seigneur des deux terres tome 2

  10. Elric : La Forteresse de la Perle

    Elric tome 2

Finalement, j'ai lu plus de série que je ne le pensais et je n'ai mêem pas été obligée de piocher dans mes sagas BD !

Le sujet de la semaine prochaine est :

Les 10 raisons qui font que vous préférez les livres papier aux ebooks.

Et vous, quels sont vos deuxièmes tomes préférés ?

lundi 23 septembre 2013

La voûte invisible de Philippe Ebly - Les Conquérants de l'impossible, tome 09

La voûte invisible de Philippe Ebly - Les Conquérants de l'impossible, tome 09

 

 L'Eclair qui effaçait tout de Philippe Ebly

Auteur > Philippe Ebly
Editeur > Hachette
Collection > Bibliothèque verte
Série > Les Conquérants de l'impossible, tome 09
Genre > Science-fiction, jeunesse
Date de parution > 1976
Nombre de pages > 184
Illustrations > Yvon Le Gall

auteur
(source : éditions degliame)

Philippe Ebly


Philippe Ébly est né à Paris vers 1920, et est de nationalité belge. Cet ingénieur a commencé à écrire des livres pour la jeunesse en 1971 à travers trois séries : Les Conquérants de l’Impossible (1971-1986), Les Évadés du Temps (1977-1988), et Les Patrouilleurs de l’an 4003. Il a connu un très grand succès de librairie en France (plus d’un million d’exemplaires vendus en 1994 pour les Conquérants de l’Impossible ) et à l’étranger (traductions en allemand, espagnol, japonais, turc, indonésien, arabe et chinois). S’il a décidé d’écrire de la science-fiction, «c’est que tout récit de ce genre est nécessairement un mélange de réel et d’imaginaire et permet donc, tout en racontant une histoire accessible à des enfants et stimulante pour l’imagination, de leur apporter des éléments de connaissance et une idée de ce qui sera peut-être possible dans dix ou vingt ans.»

Site de fans -

quatrieme de couverture

Le professeur Auvernaux propose à Serge, Xolotl et Thibaut d'expérimenter le « glisseur temporel » qu'il vient de mettre au point.
Ce nouvel appareil permet de franchir 5000 ans en quelques secondes.
La perspective de ce voyage fantastique enthousiasme les «Conquérants de l'Impossible» qui acceptent de tenter l'aventure. Quelques jours plus tard, ils grimpent sur une plate-forme ceinturée d'antennes orientables, dont la position permet de retourner dans le passé ou de s'avancer dans l'avenir.
Serge et ses amis ne savent pas dans quel sens ils ont voyagé lorsqu'ils se retrouvent au coeur d'une forêt peuplée de loups et d'hommes à demi sauvages, au milieu d'arbres géants que le soleil n'éclaire jamais.

première phrase

 "Il était près de dix heures, et j'étais seul chez moi."

avis personnel

 Je me souviens, qu'adolescente, j'avais été très marquée par cette lecture (ceux qui ont grandi pendant la période de la Guerre froide, même si c'était la fin en comprendront sûrement la raison !^^) qui reste parmi mes favorites de la série...
Le fait que nous assistions à un autre voyage temporel n'est pas étranger à ma satisfaction de lectrice. De plus, durant les premiers chapitres, à l'instar de Serge, Xolotl et Thibaut, nous ne savons pas si l'histoire se déroule en 3000 avant notre ère ou en 7000 après... jusqu'à ce que nos trois héros soient arrêtés dans leur progression par ce qui semble être un champ de force infranchissable et qui les tient éloignés de la civilisation !
Philippe Ebly entretient savamment le suspens, tout d'abord sur l'époque où ont été envoyés nos adolescents aventuriers, ensuite sur les raisons qui ont fait régresser une partie de l'humanité au stade "préhistorique".

La voûte invisible de Philippe Ebly - Les Conquérants de l'impossible, tome 09

Grâce à une écriture et une progression narrative efficaces, l'auteur nous immerge complètement dans ce milieu hostile, où les jours se ressemblent tous, tristes et gris, où le temps reste immuablement chaud, y compris  la nuit, où les saisons, le soleil et la lune ont mystérieusement disparu, où la forêt, sinueuse, recèle de nombreuses énigmes et semble cacher une terrible vérité !

Heureusement, nos héros vont finalement être accueillis par une famille primitive avec laquelle ils vont partager leurs dures conditions de vie (ils couchent à même le sol, mangent de la viande crue, et doivent se protéger la nuit des attaques des ki-bleiz, c-a-d des loups, retranchés derrière une palissade) ! De plus, ces hommes du futur, retournés à une vie sauvage, parlent un français déformé, à peine reconnaissable, mâtiné de mots bretons, ce qui rend difficile la communication. Mais peu à peu, grâce aux légendes racontées par Ewen, le père, le voile se lève légèrement sur la catastrophe qui a frappé cette partie de la Bretagne au 69ème siècle.

La voûte invisible de Philippe Ebly - Les Conquérants de l'impossible, tome 09

Il y a des moments forts dans cette histoire profondément pessimiste : la générosité de cette famille pauvre qui partage le peu qu'elle a avec ces étrangers bizarres, la chasse au sanglier et son dénouement, la découverte du bunker sur l'îlot du Lac Noir... Nos héros frôlent plusieurs fois le drame, Thibaut manque même de mourir...

Par contre, à côté de ces passages chargés en émotions, on ressent également quelques frustrations car plusieurs de nos questions restent sans réponse : nous ne saurons jamais ce qui se cache derrière le champ de force ni pourquoi les hommes bloqués dans la forêt semble nourrir des sentiments hostiles envers les habitants de cette voûte invisible.

Pour conclure, ce roman publié en 1976 est non seulement distrayant, captivant et bien ficelé, mais reste cruellement d'actualité en posant le problème de notre responsabilité vis-à-vis de l'héritage que nous laisserons aux générations futures, vis-à-vis des choix énergétiques et écologiques que nous faisons...

Alors si vous voulez savoir pourquoi certains animaux brillent dans la nuit, ce que sont les pesk-kemmuz ou les kaz-gouez et comment Thibaut a failli mourir, jetez-vous sur ce livre d'aventures intelligent, vous ne le regretterez pas !

Appréciation :

note : 5 sur 5

Mes autres avis sur la saga : tome 03

extrait

page 54/55 :
Au début de l'après-midi, nous trouvons un sentier où les traces de pas sont bien nettes. Xolotl et Thibaut s'agenouillent pour les étudier à fond. Je les laisse faire et j'attends leurs conclusions, car ils sont très forts à ce petit jeu.
« Il y en a cinq, dit Xolotl. Quatre hommes assez jeunes, et un vieux.
- Oui, approuve Thibaut. Et le vieux est en tête. Alors ? Nous les rattrapons ?
- Bien sûr. »
Nous suivons le sentier, en marchant un peu plus vite. Une heure plus tard, nous apercevons ces hommes et nous crions pour attirer leur attention. Ils sont bien cinq, comme Xolotl l'avait annoncé. Tout de suite, ils s'arrêtent et se retournent. Ils n'ont d'autre vêtement qu'une peau de loup, qu'ils ont nouée autour de leurs reins pour en faire un pagne. Tous ont un javelot, dont la pointe est une pierre taillée. et tous sont barbus.
« Ohé ! crie Thibaut. Attendz-nous ! »
Nous avançons vers eux, Thibaut en tête. Le vieux, dont la barbe et les cheveux sont tout blancs, fait quelques pas pour se placer devant les quatre autres. C'est lui le chef du groupe, sans erreur possible. Il nous crie une longue phrase, en agitant les bras. Le sens des mots nous échappe, mais nous comprenons très bien les gestes. On ne veut pas de nous, c'est clair. Thibaut s'arrête, embarrassé. Nous sommes à vingt ou trentepas des cinq hommes."

divers

Le Crépuscule des elfes de JL Fetjaine - La Trilogie des elfes,tome 1

Ma 11ème participation au challenge de Ptitetrolle.

Challenge "Je veux du héros !" proposé par Nadège

Ma 8ème participation au challenge de Nadège - Thibaut of course ! Who else ?

 

Logo Livraddict

babelio

booknode