mardi 25 février 2014

[Top Ten Tuesday] Les 10 auteurs dont vous attendez avec impatience un nouveau livre (annoncé ou non) (9)

rendez-vous top ten tuesay

What is it ?

Tout simplement un rendez-vous hebdomadaire pour lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog de Iani.

Le sujet de la semaine est le suivant :

Les 10 livres dont vous attendez avec impatience un nouveau livre (annoncé ou non) :

Le 1er auteur qui me vient à l'esprit est George R.R Martin, encore George R.R Martin, toujours George R.R Martin... et ma bibliothèque est sauvée... calme-toi, Parthenia, calme-toi... Evidemment, ses nombreux fans (dont je suis) attendent avec une impatience fébrile la sortie de la suite du Trône de fer (c'est d'ailleurs pour cela que je prends tout mon temps pour lire le tome 5... qui a dit que c'était parce que je l'avais acheté en anglais ?!? )

Le trône de fer tome 5

Pour les autres auteurs, cela va être difficile de remplir la liste, car la plupart de mes préférés sont morts, ahem... et j'ai un peu perdu de vue certains auteurs que je suivais avec intérêt il y a quelques années (comme Pauline Gedge, Cristina Rodriguez,  Régine Déforge, Ken Follett ou Wilbur Smith...)

Par contre, ayant lu quelque part que Justine Niogret (dont j'ai Mordred dans ma PaL) projetait d'écrire un livre sur un gladiateur romain, vous vous doutez bien que j'attends avec impatience cette publication... (mais vu que je n'ai encore rien lu de cette auteure, je me demande si je peux la comptabiliser, et d'ailleurs vous trouvez sûrement ce choix bizarre ?!?)

Mordred

Pour les autres auteurs, je vais piocher dans les séries de BD que je lis :

Elfes

Pour Elfes, pas d'auteurs particuliers puisqu'il y a un scénariste et un dessinateur différents pour chaque tome, mais j'ai appris dernièrement que la série n'allait pas s'arrêter au tome 5 comme c'était prévu à la naissance de ce concept mais qu'un 6è tome allait sortir en juin !!

Les Aigles de rome t4

Et bien sûr, Les Aigles de Rome de Marini...

Ainsi que Murena de Dufaux et Delaby même si je trouve que la série s'essouffle un peu :

Murena t9

Je finis avec une auteure découverte l'année dernière, Isabelle Dethan dont j'attends le dernier tome de sa trilogie Les Ombres du Styx avec impatience !!

Les ombres du Styx t2

Et vous, quels auteurs suivez-vous avec intérêt ?

Le sujet de la semaine prochaine est :

Les 10 auteurs populaires dont vous n'avez encore jamais lu de livre.

 

 

 

lundi 3 février 2014

Livra'deux pour pal'Addict # février-mars-avril 2014

Livra'deux pour PalAddict

 

LDPA what is it?
C'est la 8ème édition de ce challenge, proposé à l'ensemble de la communauté et inspiré de ce que font déjà deux membres de la team, Jess et Iwry.  Un rendez-vous régulier a lieu sur le site de Livraddict dans le but de rassembler des personnes autour de cette passion commune.

Le principe:
En binôme, chacun choisi dans la PAL(pile de livres à lire) de l'autre, trois livres :
* Qu'il a lu et aimerait faire découvrir à son partenaire
* Dont il aimerait avoir l'avis d'un ami
* Des titres qui nous interpellent pour leur résumé...
Sur ces trois livres, nous en choisissons un et dans un délai imparti, nous devons le lire et en faire un avis.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Pour ma 6ème participation à ce rendez-vous, c'est la 1ère fois que ma binômette et moi échangeons régulièrement sur nos ressentis de lecture à travers nos blogs respectifs. C'est donc avec un immense plaisir que je me suis inscrite à cette session avec Sylly dont les chroniques sont un véritable régal pour moi ! Nous partageons le même goût pour la fantasy, la mythologie et la légende arthurienne (entre autres ! ^^), aussi quelle excitation fut la mienne de me plonger dans sa PAL pour en extraire la "substantifique moelle"... Sa PAL me réserva en outre la surprise d'y découvrir plein de titres inconnus pour moi, que je pillerai à l'occasion...

Bref, j'ai failli lui choisir un de mes livres préférés, que j'ai lu maintes et maintes fois, mais m'étant rendu compte que Sylly participait à une LC sur Les liaisons dangereuses, c'est avec un crèvement au coeur que je l'ai mis de côté...

J'ai donc choisi pour elle :

La roue du temps intégrale tome 1   Les Joyaux noirs t1    Eon t1

Sylly a choisi de lire La Roue du temps, tome 1.

Et Sylly a sélectionné pour moi :

la légende de drizzt t1    Livra'deux pour pal'Addict # février-mars-avril 2014    L'Edda poétique

Ce fut un choix difficile mais il s'est finalement porté sur La légende de Drizzt...

 

dimanche 2 février 2014

Les Refuges de pierre de Jean M. Auel - Les Enfants de la terre, tome 5

Les Refuges de pierre de Jean M. Auel - Les Enfants de la terre, tome 5

Fiche détaillée

 Auteur > Jean M. Auel
Editeur > Le Grand Livre du Mois
Série > Les Enfants de la terre
Genre > roman préhistorique
Date de parution > 2002 aux USA, 2002 en France et pour la présente édition
Titre original > The Shelters of Stone
Nombre de pages > 647
Traduction > de l'américain par Jacques Martinache

auteur
(sources : Evene)

jean m auelNée en 1936 à Chicago, Jean Auel décide à l’âge de 40 ans de quitter ses fonctions dans une entreprise électronique qu’elle ne juge plus assez intéressantes. En attendant de trouver un nouvel emploi, elle se met à écrire une nouvelle dont l’héroine est une femme de la préhistoire. Jean Auel consacre alors son temps à faire des recherches sur cette époque pour laquelle elle se passionne. Ainsi naît Alya, une jeune femme de la tribu des Cro-Magnon, qui au fil de ses aventures, fait revivre tout un pan de la préhistoire.
Le premier livre de la saga, Le Clan de l’Ours des cavernes, publié en 1980, rencontre un très grand succès. A travers Ayla, figure résolument moderne, ce sont les thèmes de la différence, de la place de la femme dans la société et de la relation des hommes avec la nature qui sont abordés dans les six romans, vendus à plus de 45 millions d’exemplaires à travers le monde.
- site dédié -

quatrieme de couverture

Le long voyage d'Ayla et de Jondalar touche à son terme.  Après un long voyage épique à travers l'Europe, les deux héros de la grande saga «Les enfants de la terre»  arrivent à l'emplacement de la Neuvième Caverne, un camp de l'âge de pierre situé dans ce qu'on appellera bien plus tard le Périgord. C'est là que Jondalar retrouve la tribu qui l'a vu naître, et qui se réjouit de son retour.
L'accueil fait à l'étrangère est plus mitigé. Cette femme parle avec un accent curieux et, surtout, elle est suivie par un loup et deux chevaux sur lesquels elle exerce un pouvoir troublant. Mais, si la jeune femme étonne les Zelandonii, ceux-ci la surprennent tout autant par leur façon de vivre dans leurs confortables abris-sous-roche et par la splendeur des peintures dont ils ornent leurs grottes.
Alors qu'elle donne naissance à un enfant très attendu, la jeune femme prend conscience du rôle qu'elle est appelée à jouer dans la destinée des Zelandonii...

première phrase

 "Rassemblés sur la corniche calcaire, les Zelandonii les regardaient approcher."

avis personnel

«Et l'ennui naquit un jour de l'uniformité»...
Si je me permets de citer Houdar de la Motte, c'est un peu pour compenser le néant intersidéral de cette oeuvre dite littéraire ! Franchement, j'ai eu l'impression de tourner en rond avec ce 5è tome, voire de faire du moonwalk (mais sans la satisfaction artistique...) ! Que le temps m'a paru long !  J'avoue que j'ai lu une bonne moitié du livre en diagonale, voire j'ai carrément et à maintes reprises sauté plusieurs pages de suite tant l'intrigue et les dialogues m'ont paru creux et sans intérêt, sans compter le recyclage de passages entiers des tomes précédents... vous comprendrez donc que ce livre constitue à mes yeux une vaste escroquerie littéraire !
A chaque fois qu'Ayla rencontre de nouvelles personnes, nous avons droit à la litanie sans fin des présentations (même avec des personnages qui ne réapparaîtront jamais par la suite), aux mêmes explications sur la manière dont elle a domestiqué ses animaux, ou inventé le propulseur ou eu l'idée des pierres à feu...
De plus, Auel radote encore en de longs monologues parfaitement assommants sur les événements survenus dans les QUATRE tomes précédents... et encore... et encore... et encore... jusqu'à l'écoeurement...
Si elle ne faisait que se répéter d'un tome à l'autre, ce ne serait peut-être pas si intenable, mais elle fait dorénavant pire : elle se répète à l'intérieur même de ce tome ! Et pas une fois, pas deux fois, pas trois fois, non, des dizaines de fois... Par exemple, je n'en pouvais plus d'entendre les Zelandonii entonner le Chant de la Mère à longueur de chapitres...
J'avais envie de hurler au Monde des Esprits : mais achevez-moi, bon sang, vous voyez bien que je souffre !!
Car j'ai souffert, mes amis, par le Grand Mog-Ur oui, j'ai bien souffert... pourtant, les 200 premières pages ne m'avaient pas semblé aussi catastrophiques que ce que je craignais, mais l'illusion s'est vite dissipée, croyez-moi !

Il n' y a aucune intrigue, aucune action, aucune tension dramatique.
Les pistes intéressantes qu'Auel aurait pu exploiter ont soit été abandonnées (par exemple, le projet de troc et de négociation avec les Têtes Plates évoqué page 64) soit eu l'effet d'un pétard mouillé (page 515, plusieurs adversaires du couple ruminent leur vengeance contre lui ! et là, on se dit, chouette, on va avoir enfin un peu d'action, un peu de suspens, un peu de cri, un peu de larmes, un peu de vie, quoi ! eh bien non... page 523, ces ennemis irréductibles tentent juste de s'opposer à l'union de la soeur de Jondalar avec un sang-mêlé rien que pour les enquiquiner... oh vi, ça les enquiquine vachement, hein !!) soit pas du tout abordées (et pourtant, il y aurait eu matière à provoquer un peu d'action, un peu de suspens, un peu de cri, un peu de larmes, un peu de vie, quoi ! si Ayla avait été traitée comme une paria par les Zelandonii en raison de son passé... si le dilemme avait été posé à Jondalar entre son amour pour Ayla et sa loyauté envers son peuple... si le statut élevé de leur couple avait été véritablement remis en question... si Auel ne s'était pas contentée de faire du remplissage... ça aurait eu quand même plus de gueule, hein !)

Et que dire des personnages...
La manie d'Auel de vouloir à tout prix souligner le caractère exceptionnel de son héroïne, la perfection de son comportement en toutes circonstances ( Ayla ne commet jamais de faux pas, elle se tire toujours de situations compliquées avec panache, elle séduit tout le monde en dépit du fait qu'elle ait vécu avec des Têtes Plates qui sont pourtant considérés comme des animaux répugnants, et comme par magie, les Zelandonii oublient les préjugés que l'auteure nous a pourtant rabâchés durant les 3 derniers tomes comme profondément ancrés dans leurs mentalités... on a envie de dire : tout ça pour ça... d'autant que l'on apprend avec stupéfaction à la page 115 que Jondalar a par le passé pris la défense de son cousin au 1/4 Tête Plate... en parfaite incohérence avec les propos qu'il tient dans les volumes précédents...). Bref, Jondalar et Ayla ne sont plus que des caricatures d'eux-mêmes...

Concernant les personnages secondaires, contrairement au 1er tome, aucun n'est développé. Ils n'entrent en scène que pour souligner la perfection de l'héroïne suivant le même schéma barbant : ses interlocuteurs remarquent son accent étrange mais finalement les femmes la trouvent gentille et les hommes irrésistible...

Bref, j'ai eu l'impression de toucher le fond avec ce 5ème tome mais je suis sûre que l'auteure a réussi à trouver une pelle pour creuser encore avec le dernier tome de la saga ! Verdict dans 2 mois...

Appréciation :

note : 0 sur 5

Mes autres avis sur la saga : tome 1tome 2 ♦ tome 3 ♦ tome 4

extrait

je passe mon tour...

divers

Lecture commune : Les Enfants de la Terre, tome 1

La 5ème LC que j'organise !
D'autres billets :  ♦ Sayyadina 1ère partie2ème partie ♦ Koelia ♦ Envie de lecture

Défi "La guerre du feu"

Ma 5ème participation au défi "La Guerre du feu"

Challenge "Mythologies du monde " proposé par Myrtille

Ma 20ème participation au challenge de Myrtille - relation aux mondes des esprits et rituels sacrés de la Préhistoire réinventés

 

Logo Livraddictbabelio

booknode

 

samedi 1 février 2014

Pourvu qu'elle soit rousse de Stéphane Rose

Pourvu qu'elle soit rousse de Stéphane Rose

Fiche détaillée

Auteur > Stéphane Rose
Editeur > La Musardine
Collection > lectures amoureuses
Genre > érotisme
Date de parution > 2010 pour l'édition originale, 2013 pour la présente édition
Nombre de pages > 223

auteur
(sources : Wikipédia)

   

SStéphane Rosetéphane Rose est un journaliste, écrivain et humoriste français.
Il est surtout connu pour être un des organisateurs, avec Frédéric Royer et Arnaud Demanche, des cérémonies des Gérard du cinéma, des Gérard de la politique, et des Gérard de la Télévision sur Paris Première. Sur la même chaîne, il a également participé à l'émission Le comité de la carte, présenté par Philippe Vandel. Et toujours avec les Gérard, il a coécrit le Dictionnaire injuste et borné de la Télévision.
Il est également directeur de collection aux Éditions La Musardine, spécialisée en pornographie et érotisme, et collabore à tous types de magazine, en presse féminine, ado, enfants ou spécialisée.
Il a également tenu une chronique hebdomadaire de 3 minutes, de mars à juin 2012 dans l'émission radio Lahaie,l'Amour et vous sur RMC.

quatrieme de couverture

C'est l'histoire d'un homme qui aime les rousses. Petite ou grande, svelte ou dodue, jeune ou moins jeune, peu lui importe... pourvu qu'elle soit rousse. Inscrit sur Meetic où il discute avant de faire l'amour avec des rousses sans aucun autre critère de sélection que la couleur de leurs cheveux, il n'est pourtant jamais rassasié de leurs charmes. Qui se cache derrière ce collectionneur de rousses ? Obsédé sexuel monomaniaque ? Dom Juan du site de rencontre ? Entomologiste de la femme rousse ? Le sait-il seulement lui-même ? Son parcours initiatique dans les arcanes de la rousseur le lui dira.
A la croisée du roman obsessionnel, du carnet de route pornographique et du road-movie introspectif, Pourvu qu'elle soit rousse se veut avant tout un éloge féministe de la différence et de la singularité.

première phrase

"Un premier baiser qui modifie durablement le cours d'une existence est chose originale, de surcroît s'il est donné à l'âge de trente ans."

avis personnel

 J'avais eu le plaisir de gagner ce livre lors d'un concours sur le blog de Stephie, que je remercie au passage.
Ayant toujours aimé la flamboyance de la couleur rousse (et ne dédaignant pas en teindre parfois mes cheveux), j'étais très curieuse de découvrir ce qui chez les rousses (les vraies !) fait autant fantasmer les hommes...

Si la lecture fut agréable, et me tira quelques sourires amusés, j'en ressors assez mitigée.
Tout d'abord, le fait de ne pas trop savoir si le livre était une fiction, une confession, ou une auto-fiction m'a empêchée d'entrer totalement dans l'histoire, car cette question n'a cessé de m'accompagner tout au long des pages sans jamais trouver de réponse.
Ensuite, la manie de l'auteur parsemer ses chapitres de citations m'a dérangée. Non pas que je n'apprécie pas les citations, non, mais j'avais parfois l'impression qu'elles arrivaient comme un poil pubien, pardon je voulais dire un cheveu dans la soupe et me semblaient à certains moments mal intégrées au texte...

Tiens, en parlant de poil pubien, le personnage de l'histoire (qui porte le même prénom que l'auteur) en fait collection et n'hésite pas à en réclamer à ses conquêtes, potentielles ou consommées... Eh oui, cet amour des rousses sort complètement des sentiers battus, et tourne même à l'obsession, une obsession presque pathologique qui s'approche dangereusement du fétichisme... On se sent même parfois gênée, mais par miracle, grâce à son talent d'écriture, l'auteur réussit finalement à nous faire accepter, comme à ses conquêtes avant nous, "son obsession. Parce qu'[il] en parle avec légèreté et fantaisie". (page 142)
Car l'auteur nous livre sans complexe et avec drôlerie ses fantasmes et ses expériences avec les rousses qu'il rencontre par l'intermédiaire du célèbre site de rencontre. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé les passages où l'on prend connaissance des messages de ces rousses intriguées par son approche... Les scènes où il passe du fictif au réel sont également très réussies à mes yeux car elles sont toutes différentes, aussi différentes que peuvent l'être chaque femme et chaque rencontre. Cette absence de répétition est donc très appréciable.

Autre aspect agréable, l'auteur maîtrise la langue française et s'exprime avec élégance ; il peut même se permettre à certains moments des dialogues crus et vulgaires qui ne dénotent jamais !  Stéphane Rose ne cède jamais à la complaisance mais reste très lucide sur son obsession, qui devient finalement une souffrance pour lui, comme l'addiction l'est pour le junkie.

Pour conclure, une lecture agréable,légère et distrayante, malgré quelques défauts. Dommage que l'auteur cède au cliché de l'odeur de la rousse, même si chez lui cela s'apparente plus à l'hommage qu'à la discrimination...

Appréciation :

note : 3 sur 5

D'autres avis sur ce livre :  L'Irrégulière

extrait

page 65 :
"Je ne le nie pas : une chatte épilée, la première fois, c'est excitant. Mais la dixième, on envient à regretter la bonne vieille motte indisciplinée peinte par Courbet dans L'Origine du monde. Je me demande parfois quel monde va naître de tous ces sexes lisses. Un monde lisse, forcément. Normé, policé, objétisé. Perpétuellement jeune. Eugéniste. Et donc discriminant. Un monde consommateur jusque dans la sphère intime de l'individu, un monde qui réduit au rang de valeur marchande le corps et donc la sexualité, un monde qui limite la pulsion sexuelle, c'est-à-dire l'arme la plus redoutable dont dispose l'humain pour échapper à l'aliénation productiviste, à l'état d'outil de production. Au nom de l'art et de la liberté, il faut inscrire la réintroduction des poils dans les culottes des filles dans la liste des programmes écologistes. D'autant plus si la nature leur a donné le rare privilège de naître rousses."

divers

Rendez-vous : le premier mardi chez Stephie c'est permis...

 Ma 8ème participation au RV de Stephie.
D'autres billets inavouables :  Stephie ♦ Jérôme Mylène ♦ Liliba ♦ Angéla Morelli ♦ Emma ♦ Martine ♦ Cess ♦ Lasardine

Logo Livraddict

babelio

booknode