mercredi 30 avril 2014

Punk's Not Dead d'Anthelme Hauchecorne

Punk's Not Dead d'Anthelme Hauchecorne

Fiche détaillée

 Auteur > Anthelme Hauchecorne
Editeur > Midgard
Genre > nouvelles fantastiques
Illustrations > Loïc Canavaggia
Date de parution > octobre 2013
Format > ePub
Poids du fichier > 11,2 Mo (267 pages)

auteur
(sources : site de l'auteur)

Anthelme Hauchecorne
Anthelme HAUCHECORNE
naît en 1980 dans une famille de la classe moyenne.
Ses études mêlent droit, économie et sociologie. En 2007, l’auteur obtient le concours d’enseignant en économie-gestion. Jeune titulaire, son affectation le contraint à quitter sa Lorraine natale pour rallier le Nord-Pas-de-Calais. 
Ses romans touchent au fantastique et aux questions de société. L’auteur affectionne les univers régionalistes et documentés, multipliant les clins d’œil aux lieux et aux légendes locales. Son premier roman, La Tour des Illusions, prend place en Moselle. Le suivant, Âmes de verre, puise ses racines dans sa région d’adoption, le Nord-Pas-de-Calais. L’intrigue prend pied dans la métropole lilloise, entrecroisant déclin industriel, critique de l’inhumanité urbaine et résurgence de la cosmogonie celte.
Ses droits d’auteur sont reversés : 
Pour La Tour des Illusions, au Secours Populaire 
Pour Baroque ’n’ Roll, au Parti Pirate, afin de défendre l’Internet libre 
Pour Âmes de Verre, aux recherches du Professeur DOLLFUS destinées à lutter contre le syndrome Bardet-Biedl, dont la mère de l’auteur est atteinte.

     photo©Julie Deltorre
    - site de l'auteur -

quatrieme de couverture

 À quoi l’Apocalypse ressemblerait-elle, contée par un punk zombi ? Qu’adviendrait-il si le QI des Français se trouvait d’un coup démultiplié ? Un grand sursaut ? Une nouvelle Révolution, l’an 1789 version 2.0 ?
Est-il bien sage pour un succube de s’amouracher d’un simple mortel ?
Les gentlemen du futur pourront-ils régler leurs querelles au disrupteur à vapeur, sans manquer aux règles de l’étiquette ?
Et si La Mort s’accordait un repos mérité ?
Treize nouvelles. Autant de sujets graves, traités entre ces pages avec sérieux.
Ne laissez pas vos neurones s’étioler, offrez une cure de jouvence à vos zygomatiques. Cessez de résister, accordez-vous une douce violence…
De toute évidence, ce recueil a été écrit pour vous.

première phrase

"Les flammes lèchent l’âtre de la cheminée, dansant pour conjurer le froid de cette nuit de décembre."

avis personnel

 Quelle ne fut pas ma surprise lorsque je reçus en septembre dernier dans ma boîte mail la proposition d'Anthelme Hauchecorne de recevoir son futur livre dont la sortie était prévue pour octobre !
Normalement, je refuse toujours d'office ce genre de proposition. Par principe. Parce que je veux garder une certaine "indépendance" et choisir moi-même mes lectures ! Mais là, je dois avouer que le nom intrigant de l'auteur (que je ne connaissais pas du tout jusqu'alors) ainsi que le titre très connoté musicalement ont attisé ma curiosité...
Et comme l'auteur avait laissé un lien vers son site, je n'ai pas pu m'empêcher de m'y rendre pour découvrir son univers... et je dois avouer que celui-ci m'a tout de suite attiré !

C'est donc ainsi que je me suis assise sur un de mes principes que je pensais inviolables...

Sauf que là, vous vous dites : ouh là là, septembre, et c'est seulement maintenant qu'elle écrit sa chronique, finalement, elle aurait peut-être mieux fait de rester fidèle à son sacro-saint principe, car si tant de temps s'est écoulé, c'est que l'expérience a été éprouvante ?  Eh bien, pas du tout...
Mais je dois avouer que, s'il m'est déjà arrivé de lire une nouvelle par-ci, par-là, je ne m'étais jamais essayée à un recueil  entier de nouvelles... [D'ailleurs, cela me fait penser que j'ai commencé l'intégrale de Conan le Cimmérien depuis 2 ans et que je n'en suis qu'à la moitié (alors que j'adore Conan le barbare !)]
Vous voyez où je veux en venir ?
Les recueils de nouvelles ne me sont absolument pas habituels... si bien que j'avais tendance à mettre le livre de côté dès qu'une nouvelle était terminée, pour me consacrer à d'autres livres ; je revenais au recueil dès que j'avais un peu de temps pour y picorer une nouvelle de-ci de-là...

Punk's Not Dead d'Anthelme Hauchecorne
Image © Loïc Canavaggia

 Or donc, à travers ces treize nouvelles (oui, le recueil est paru durant la période d'Halloween), Anthelme Hauchecorne nous brosse le portrait au vitriol d'un monde malade qui nous renvoie au nôtre :
♠ exploitation des enfants et des démunis  ♠
♠ refus de vieillir ou de mourir ♠
♠ effets pervers des progrès technologiques qui sous couvert de libérer les hommes les condamnent à la solitude et à l'extinction ♠
♠ danger du populisme et de la démagogie en politique ♠
♠ ambition dévorante conduisant à la trahison et à la lâcheté ♠
...

Bref, je n'ai pas tout listé mais comme vous le constatez, de nombreux thèmes enrichissent ce recueil.
Or, ce qui est appréciable, c'est que ces nouvelles sont très différentes les unes des autres, de par le ton d'abord, de par leur univers ensuite (le lecteur est transporté tour à tour dans un monde steampunk, post-apocalyptique, futuriste, dystopique...), et même si certaines thématiques chères à l'auteur reviennent régulièrement, leur traitement est assez varié pour que cela ne soit ni répétitif ni rébarbatif...
De plus, un point commun lie ces nouvelles entre elles : l'humour de l'auteur. Un humour qui se fait déjanté ou absurde ; grinçant ou trash ; noir ou décalé ; bref, un humour totalement décapant !
J'ai d'ailleurs littéralement hurlé de rire à la lecture d'une de ces histoires (La Guerre des Gaules), si bien que mon chéri me demandait avec une certaine inquiétude ce qui m'arrivait... et pourtant la perspective de l'événement abordé dans cette nouvelle donnait chair à mon pire cauchemar, mais comment résister à l'humour vachard de l'auteur ?...

Punk's Not Dead d'Anthelme Hauchecorne
Image © Loïc Canavaggia

Evidemment, toutes les nouvelles ne m'ont pas touchée de la même manière, certaines n'ont éveillé qu'un intérêt poli de ma part, mais dans l'ensemble, j'ai été enchantée par ma lecture, et 2-3 histoires ont été un véritable coup de coeur. La plume d'Hauchecorne n'est pas étrangère à cet enchantement car elle est élégante et recherchée, voire poétique par moment.

Et que dire des illustrations ouvrant chaque nouvelle ? elles sont un enchantement pour les yeux et s'accordent parfaitement à l'atmosphère de chaque histoire. D'ailleurs, si je pouvais conseiller les futurs lecteurs, mieux vaut lire ce recueil sous le format papier plutôt que numérique pour mieux profiter des détails de chaque dessin.

Pour finir, j'ai adoré découvrir la genèse de chacune de ces nouvelles, expliquant le contexte de l'écriture ainsi que les références  ou clins d'oeil de l'auteur. Ce qui nous épargne un sentiment de frustration quand on a l'impression de passer à côté d'une histoire. Par exemple, je suis restée assez insensible à Sale Petite Peste, puis grâce au background, j'ai appris que cette nouvelle était bourrée de références à l'univers de Terry Pratchett, dont je n'ai lu aucun livre ; sans cette note de l'auteur, je n'aurais pas compris pourquoi je n'avais pas su savourer l'hommage qu'il rend à l'un des maîtres de la fantasy...

Pour conclure, j'ai été ravie de découvrir l'univers d'Anthelme Hauchecorne, dont j'ai adoré l'humour et l'univers riche et complexe, servi par une une très belle plume. J'ai d'ailleurs acheté le livre papier à mon frangin pour Noël (comme ça je pourrais le lui piquer pour une relecture et comparer avec mon eBook ! ^^) !

Je remercie encore l'auteur pour cette belle découverte !

Morceau préféré : La Guerre des Gaules
J'adore : Sarabande mécanique, No Future
J'aime beaucoup : La Ballade d'Abrahel

Appréciation :

note : 4 sur 5

extrait

 [Brenn] Ouais, j’ai voté pour Nouvelle France. Et même que je le referais, mais pas pour les mêmes raisons. Qu’est-ce qui m’a poussé à les soutenir ? J’voulais du changement. Ah pour ça, j’ai été servi. Par Teutatès, j’reconnais plus mon propre pays !           
[Cindy Serdan] Mon analyse rétrospective sur l’arrivée de Nouvelle France au pouvoir ? Voyons… « Pays de cons » serait une bonne formulation : simple, concise, suffisamment évocatrice. Non, je n’avais pas voté à ces élections. À cette époque, je passais mes dimanches à me vernir les ongles.            
[Brenn] Globalement, le NF a tenu parole. On peut leur faire des reproches. Ouais, c’étaient des cons, mais des cons sincères. Ils croyaient bien faire. C’est ce qui les rendait d’autant plus dangereux. Ils l’ont appliqué, leur foutu programme : fermeture des frontières, arrêt de l’immigration, expulsions, fin du salaire minimum, coupure des allocs… C’est là qu’on s’est rendu compte, mes potes et moi, que dans le programme du NF, y’avait comme qui dirait des subtilités qui nous avaient échappé. Bah, la suite, vous la connaissez…            
[Cindy Serdan] « Les cons osent tout. C’est même à cela qu’on les reconnaît. » Non, ce n’est pas de moi, c’est de Michel Audiard, un réalisateur du siècle dernier. Je serais bien en peine de vous fournir un meilleur résumé du programme du NF . (page 136-137)

divers

D'autres avis : BO-o-M ♦ XL

E-challenge : passons au numérique organisé par Hedyuigirl

Ma 9è participation au challenge d'Hedyuigirl (9/19-31)

 

Logo Livraddict

babelio

booknode

mercredi 23 avril 2014

Deadline de Bollée & Rossi

Deadline de Bollée & Rossi

 

La BD fait son festival 2014

 

Fiche détaillée

Scenario > Laurent-frédéric Bollée
Dessin > Christian Rossi
Couleur > Christian Rossi
Editeur > Glénat
Genre > BD historique, thriller
Date de parution > 2013
Nombre de planches > 80

auteur
(Sources : Bedethèque)

Bollée

Né à Orléans en 1967, Laurent-Frédéric Bollée, après des études de gestion et de journalisme,  mène deux carrières parallèles : journaliste spécialiste de la formule 1 et scénariste de bande dessinée avec 23 albums à son actif et trois sagas en cours l’Idole et le Fléau, ApocalypseMania et l’Ultime Chimère. Il s’intéresse aussi au cinéma, à la musique et au sport en général. Sa 1ère BD paraît en 1990 : les 13 transgressions avec Godard et Al Coutelis dans la collection le Vagabond des Limbes présente. Son 1er scénario publié en solo en 1994 est le tome 1 paru chez Dargaud de Spartakus que le dessinateur Valdman n’a hélas pas pu poursuivre. Les années 2000 voient une accélération qui pourrait bien n’être qu’un début avec la série A.D. Grand-Rivière, un polar avec un commissaire noir, dessiné par Al Coutelis chez Casterman et ApocalypseMania, une aventure passionnante à travers les époques avec Philipe Aymond chez Dargaud qui vient de publier l’avant-dernier épisode – le dernier étant annoncé pour 2010. Il sort également plusieurs albums chez Emmanuel Proust : Hauteclaire avec Benoît Lacou, London Inferno et Mongo Le Magnifique avec Roger Mason et Chinguetti avec Guillaume Nicolle. Sa production démontre un goût pour l’éclectisme, de l’historique à la science-fiction en passant par le polar, avec toujours une recherche de sens.

 

Né en 1954, Christian Rossi suit les cours de l’École Estienne, à Paris, et obtient un BTS d’expression visuelle en 1976. Il effectue ses débuts dans la bande dessinée en 1979 après avoir tâté de la publicité comme "roughman " (dessinateur de croquis préparatoires). Il publie ses premières planches dans des magazines aussi variés que Pilote, Circus, Pif ou Gomme. Il mène en parallèle une activité de dessinateur de presse pour Le Nouvel Observateur, Okapi, Le Point, L’Echo des savanes ou Je bouquine, et illustre la rubrique " faits divers " du quotidien France Soir. Christian Rossi a travaillé avec de nombreux scénaristes de bande dessinée comme Serge Le Tendre (Les Errances de Julius Antoine, Tiresias, La Gloire d’Hera), Pierre Makyo (Jordan), Denis Lapière, Philippe Bonifay, Enrique Abuli ou… Jean Giraud (Jim Cutlass). Tout en travaillant sur des séries qui lui tiennent à cœur, il supervise le story-board de l’adaptation en bandes dessinées d’ouvrages, comme La Compagnie des glaces, fresque d’anticipation écrite par G.-J. Arnaud.

Rossi

 

quatrieme de couverture

Août 1864.
La guerre de Sécession.
Un soldat, des prisonniers.
Entre eux, une ligne.
Une simple ligne.
Une ligne de mort...

... qui change une vie.

avis personnel

Lors de l'opération lancée par Priceminister La BD fait son festival, j'avais tout de suite remarqué dans la sélection Deadline dont le résumé proposé par l'éditeur (et qui diffère de la quatrième de couverture plus succincte) m'avait fortement intriguée : "Camp d'Anderson, Georgie, août 1864. Dans cette gigantesque prison à ciel ouvert, alors que la guerre de Sécession fait rage, le monde se divise en deux catégories : les geôliers sudistes et les captifs nordistes. Entre les deux, la deadline. Le prisonnier qui franchit cette ligne gagne un aller simple pour l'enfer. Parmi eux, un soldat noir au calme insolent, le regard fier, intrigue le jeune confédéré Louis Paugham, affecté à la surveillance du camp..."

C'est donc avec beaucoup d'enthousiasme que je m'étais inscrite pour recevoir ce one-shot.

Si la 1ère partie de la BD fut absolument captivante, je dois avouer que j'ai été un peu déçue par la suite.

En effet, le début, très prometteur, ouvre sur l'assassinat d'un vieillard dont on apprend qu'il est l'un des fondateurs du Ku Klux Klan. Des motivations de son meurtrier, Louis Paugham, nous n'apprendrons rien avant plusieurs dizaines de pages, car son histoire nous est livrée de manière fragmentaire et désordonnée à travers plusieurs aller-retours dans le temps.

A l'âge de 17 ans, il est enrôlé de force dans l'armée sudiste où un événement dramatique, provoquant chez lui un fort sentiment de culpabilité, scelle son destin pour l'infléchir jusqu'à sa mort.

Si certains thèmes chers au western sont bien présents (comme la vengeance, la violence ou la guerre civile), d'autres sont absents (la conquête de l'ouest, les indiens...), voire totalement inédits (l'histoire d'amour homosexuelle interraciale). D'autres thèmes sont abordés comme le racisme, l'abolitionnisme... Comme on le constate, les thématiques abondent, mais ce foisonnement ne m'a jamais gênée même si je m'attendais à ce que l'intrigue s'attache davantage au camp de prisonniers! Et c'est peut-être là que le scenario pèche car si j'ai bien compris la fascination qu'exerce ce soldat noir, fier et farouche, sur l'esprit du jeune Paugham je n'ai à aucun moment cru au coup de foudre qui le frappe et qui conditionne le reste de sa vie. Cet épisode aurait mérité d'être davantage développé pour être crédible ! C'est dommage car je n'ai que cette réserve à émettre vis-à-vis de l'histoire, qui m'a captivée pour l'essentiel, mais malheureusement, cette réserve n'a ensuite plus quitté mon esprit tout le temps de ma lecture pour finalement me laisser sur une impression mitigée...

Concernant le personnage principal de l'histoire, Louis Paugham est l'incarnation parfaite du anti-héros, déclassé, inadapté aux codes qui régissent son monde... C'est un orphelin qui a vu des esclaves noirs en fuite massacrer ses parents, puis des sudistes racistes assassiner son père adoptif en raison de ses idées abolitionnistes, bref, Louis Paugham est un jeune homme en perte de repères qui a du mal à trouver sa véritable place dans ce monde voué à la violence. Ajoutez à cela qu'il est un peu fruste et effacé, et rien ne laissait présager son acte de rébellion... et pourtant, l'épisode révoltant dont il est le témoin le fait passer de la lâcheté au courage, de l'adolescence à l'âge adulte...

Côté illustrations, celles-ci sont d'une beauté à couper le souffle, magnifiées par des aquarelles dont la dominance jaune (et parfois sang) nous immerge totalement dans l'atmosphère oppressante de l'histoire.

Pour conclure, un western crépusculaire captivant qui par le jeu des flashbacks ne nous livre qu'au compte-goutte les éléments de l'intrigue... Dommage que le traitement de l'un des éléments-clé de l'histoire ne m'ait guère convaincue et ait un peu gâché le plaisir de la lecture car les illustrations étaient vraiment envoûtantes et immersives... 

Je remercie Priceminister pour cette belle découverte !

Appréciation :

note : 3 sur 5

Note : 15/20

extrait

Deadline de Bollée & Rossi    Deadline de Bollée & Rossi

divers

 Challenge "50 états 50 billets" organisé par Sofynet

Ma 6ème participation au challenge de Sofynet - nuitée en Géorgie

La pourpre et l'or - Murena T1 - de Dufaux et Delaby

Ma 27ème participation au challenge de Lynnae - évocationde John C. Lester, l'un des fondateurs du KKK

La BD fait son festival 2014

Logo Livraddict

babelio

booknode

vendredi 11 avril 2014

Challenge "Virée Viking" organisé par Vampire aigri

Eh bien voilà, malgré mes bonnes résolutions de l'année 2014 voulant que je me consacre sagement aux challenges déjà entamés, j'ai lâchement succombé à celui organisé par Vampire Aigri et portant sur les Vikings...
Qu'y puis-je si j'ai été marquée dans mon enfance par le film de Richard Fleischer Les Vikings (j'avais complètement craqué sur Erik, le personnage joué par Tony Curtis...oops) ou encore par le fameux dessins animés Vic le Viking ? hein, qu'y puis-je ?
En plus, les logos créés par Vampire Aigri sont vachement beaux, il fallait bien qu'ils décorent aussi mon blog...
Challenge "Vikings" organisé par Vampire aigri

 Moins futilement, moi aussi, j'avais envie de me laisser porter par le vent de l'aventure ou par leurs solides drakkars... aller explorer le Groënland ou la Méditerranée, piller les riches monastères francs, et même sacrifier à leurs dieux païens...

Durée :
  jusqu'au 15 septembre 2015 2016

Inscriptions :
Acceptées jusqu'au 15 septembre 2015 sur le blog de l'organisatrice. 

Principe :
Chroniquer un livre,  une bande-dessinée, un manga, un jeu-vidéo, un film, une série-télévisée, un documentaire ou un compte-rendu de musée/exposition qui aborde l'Histoire, la culture et/ou la mythologie Norroise (la fantasy est acceptée dès l'instant qu'une part importante à la culture norroise y soit présente).

Inclure le logo du challenge dans le ou les billets comptant pour le défi.
Challenge "Vikings" organisé par Vampire aigri   Challenge "Vikings" organisé par Vampire aigri   Challenge "Vikings" organisé par Vampire aigri
Catégorie :
Trois sont proposées et il est possible d'en changer en cours de challenge...
Challenge "Vikings" organisé par Vampire aigri
Challenge "Vikings" organisé par Vampire aigri
Challenge "Vikings" organisé par Vampire aigri

Pour la récap, c'est ici.

J'ai choisi la catégorie jusqu'à Asgard... smile

♦ Les Larmes de Freyja de Pierre Efratas (mythologie nordique) ♦
♦ Vigdis la farouche de Sigrid Undset ♦
♦ Les Vikings de Novgorod de Marina Dédéyan ♦

mardi 1 avril 2014

[Top Ten Tuesay] Les 10 livres qui vous ont fait le plus rire (14)

rendez-vous top ten tuesay

What is it ?

Tout simplement un rendez-vous hebdomadaire pour lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog de Iani.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Le sujet de la semaine est le suivant :

Les 10 livres qui vous ont fait le plus rire :

Comme vous allez le constater, certains livres très sérieux ont provoqué chez moi à certains passages des fous rires incontrôlables (et ce en pleine BU !!), à cause d'associations d'idées ou de certaines formulations de l'auteure, bref, le rire se cache sous des formes imprévues... et puis, je ne le cache pas, j'ai parfois l'esprit tordu... mais foin de bavardages, passons au TTT...

Le mariage de Figaro   Lysistrata d'Aristophane   Le livre sans nom   L'âne d'or   Punk's Not Dead   Histoires d'amour de l'histoire de France   Le Hun blond   Northanger Abbey   Nos amis les Français   La Guerre de cent ans

 Et vous, quelles lectures ont provoqué chez vous une cascade de rires ?

Le sujet de la semaine prochaine est :

Les 10 livres les plus incomparables.