samedi 31 août 2013

La Prophétie de la Dame du Lac de Nancy McKenzie - Le Prince du Graal,tome 1

"Dans la douzième année du règne d'Arthur Pendragon, Haut Roi de Bretagne, la pleine lune accompagna l'équinoxe d'automne."
Ainsi l'a prédit la Dame du Lac, et ses funestes présages désormais s'accomplissent. La mort a frappé le roi Arthur, son fils et héritier Mordred, ainsi que tous les héros de la Table Ronde. Seul survit Lancelot, un homme brisé, qui a tourné le dos à la Bretagne et à son amour interdit pour la reine Guenièvre. Pourtant, sur ces vestiges, se dresse bientôt un jeune chevalier, à peine plus âgé qu'un enfant, Galaad, le fils de Lancelot. Avant sa mort, Arthur lui a fait jurer d'entreprendre une quête : retrouver les trésors éparpillés d'un ancien roi. De ces précieuses reliques - une épée, une lance et le Graal - dépend l'avenir de la Bretagne en ruine. Cependant, le jeune homme ne peut oublier ni pardonner la trahison de son père. Pas plus qu'il ne peut bannir de son esprit le souvenir de la séduisante soeur de son ami Perceval. Comment, dans ces conditions, pourrait-il accomplir la difficile mission qui lui a été impartie puisque seul un homme au coeur pur sera apte à réaliser la prophétie de la Dame du Lac ?
Le prologue s'ouvre sur la 12è année du règne d'Arthur où Viviane, la Dame du Lac, prophétise le retour de la lumière par l'entremise du futur fils de Lancelot, juste avant l'arrivée des âges sombres.

Avant de commencer ma critique, un petit mot sur le découpage français : l'éditeur a choisi de publier 2 tomes alors que l'édition originale n'en comporte qu'un, divisé en 3 livres. Ce 1er tome de la version française reprend le livre un.

Or donc, ce livre est divisé en 3 parties qui ne suivent pas l'ordre chronologique de l'histoire mais font des aller-retours dans le temps.
J'ai trouvé ce parti pris de l'auteure très intéressant car il nous oblige à reconstituer progressivement le puzzle en ne nous livrant que parcimonieusement les pièces de l'intrigue.
Ainsi, Nancy McKenzie laisse quelques indices au fil des pages, qui peuvent paraître obscurs ou nous induire en erreur sur les sentiments que les personnages se portent les uns aux autres. Une grande part de mystère recouvre les motivations des protagonistes, nous faisant nous perdre en conjectures, nos avis oscillant au gré des révélations.

La 1ère partie commence la 1ère année du règne de Constant, le successeur d'Arthur. On devine que ce dernier est mort à la bataille de Camlann tandis que Lancelot, pour une raison mystérieuse, s'est retiré sur ses terres. Tout aussi mystérieux paraissent les sentiments que nourrit Galaad à l'égard de son père, mélange de distance... et d'autre chose ?

Parmi les douze survivants de cette bataille meurtrière : Galaad, âgé de 14 ans,  et Perceval, son cousin d'11 ans, qui entreprennent le chemin de retour dans le château de ce dernier, dans une région infestée de brigands.
Ils sont également étreints par la peur que Peredur, l'oncle de Perceval, n'ait profité de la mort de Maelgon, le roi de Galles, pour évincer le jeune garçon de son héritage.

La Prophétie de la Dame du Lac de Nancy McKenzie - Le Prince du Graal, tome 1
détail de la tapisserie"The Achievement of the Grail" (1891-4) de Edward Burne-Jones - Museum Art Gallery of Birmingham

Arrivés à Gwynedd, Galaad rencontre Dandrane, la fougueuse et insolente jumelle de Perceval, aux manières de garçon manqué.
Malgré un premier contact et quelques suivants explosifs, Galaad et Dandrane s'apprivoisent. C'est au cours d'une de leurs conversations que nous apprenons que Galaad a fait voeu de ne jamais se marier.
Plus tard, alors qu'une amitié sincère semble prendre forme, Dane (ou Dandrane) a le tort de révéler à Galaad la vérité sur sa mère Hélène, qu'il vénère. Injuriée par le garçon, elle lance sur lui une malédiction qui le condamne à aimer une femme dans le déshonneur, comme son père avant lui (page 78).
Peu après, Galaad et Perceval quittent le château pour entreprendre la quête que leur a confiée Arthur : retrouver la coupe, la lance et l'épée qui, réunies aux mains du Grand Roi, préserveraient à jamais le pays de la guerre et des invasions.

La deuxième partie du livre un s'attache à l'enfance de Galaad dans le château de Lanascol déserté par son père. Là, sa mère Hélène l'élève dans la haine de Lancelot et de Guenièvre, qu'elle surnomme la putain de Bretagne, et dans la glorification de sa destinée.

Dans la 3è partie, on suit à nouveau Galaad dans sa quête du Graal.
Plusieurs révélations nous sont faites.
Il découvre le complot de Morgause, la soeur d'Arthur, contre Guenièvre. (page 288)
Plus loin, le lecteur apprend /!\Attention spoiler/!\que la prophétie est en fait une invention de Viviane, qui a incité Arthur à nourrir la soif de gloire de Galaad.(page 292)/!\Fin du spoiler/!\
J'ai adoré ce 1er tome et la manière, parcellaire, qu'utilise l'auteure pour nous apporter les éléments de l'histoire et combler peu à peu les lacunes.

Au début, nous n'avons que la version de Galaad.
Son père est-il réellement le monstre et le mari adultère, sans honneur, que lui a décrit sa mère ? Ou bien l'homme droit et valeureux comme semble l'indiquer la manière dont l'adolescent est accueilli par ses différents hôtes par le simple fait d'être le fils de Lancelot, dont le nom paraît couvert d'éloges, ce qui a le don d'agacer  prodigieusement ce fils tourmenté ?
Qui manipule qui ?

Je dois avouer que les passages entre Galaad et Lancelot font parti de mes préférés : ce sont des moments de lecture déchirants où le fils, remonté par sa mère, profère des paroles de haine et de mépris à l'encontre de ce père bien trop souvent absent, qui tente dignement de se défendre sans accabler la mère.
Lancelot, que je n'apprécie pas d'ordinaire, apparaît ici entouré de mystères qui rendent sa personnalité très excitante. D'autant que lors de ses rares apparitions, il fait preuve d'une prestance et d'une autorité aussi royales que naturelles ! Oui, j'avoue être sous le charme... et cela n'était pas gagné d'avance !  😍💕

Concernant le personnage principal du livre, Galaad, j'ai rarement vu un héros aussi peu sympathique : l'adolescent est arrogant, moralisateur et misogyne par-dessus le marché ! En même temps, on ne peut que s'apitoyer sur son enfance, passée entre une mère qui l'élève dans le but avoué de tuer Lancelot, et un prêtre manipulateur.
Et l'on se demande si les torts causés par ces mensonges répétés inlassablement à ses oreilles pendant des années sont irréversibles ? ou bien s'il arrivera à surmonter ce lavage de cerveau ?
Car à la fin de ce 1er livre, le mystère reste entier, et bien des questions en suspens !

Je lirai la suite avec beaucoup d'intérêt en espérant qu'elle soit à la hauteur de mes attentes et je remercie Babylon pour cette sélection !

Mes autres avis sur la saga : tome 1 ♦ tome 2[saga terminée]

page 85 :
"Le garçon écoutait tandis que l'amertume familière de leurs disputes l'enveloppait, lui donnait l'impression d'être petit et seul. Il ne comprenait qu'une seule chose : le roi avait admis lui avoir fait du mal. Il s'avança, s'arrachant à l'étreinte de sa mère.
«Je te tuerai, dit-il avec fermeté, se dressant, droit comme un soldat, et regardant son père droit dans les yeux. Quand je serai grand. Je te tuerai.»
Sa mère lui serra à nouveau le bras mais le roi ne bougea pas. Les yeux gris s'étaient tournés vers lui avec la vitesse d'une dague lancée, le clouant sur place. Malgré son coeur affolé, Galaad ne pouvait détourner le regard du visage de son père, des cheveux et des sourcils noirs, des lignes nettes des Pommettes, de la mâchoire, du nez qui avait été cassé dans son enfance et dont les femmes disaient qu'il lui dérobait sa beauté. Lentement, le roi leva son épée et s'en toucha le front en signe de salut.
«Quand tu seras grand, nous verrons», dit-il avec un sombre sourire avant de tourner les talons."
Nancy McKenzie est un auteur, née aux États-Unis en 1948. Passionnée par la légende du Roi Arthur, chacun de ses romans est centré sur un personnage ou une histoire secondaire du cycle arthurien. McKenzie s'inspire des nombreux auteurs ayant travaillé sur la légende pour créer une histoire détaillée et riche, en s'attachant aux êtres humains plutôt qu'aux reliques sacrées et à la magie, même si ceux-ci sont malgré tout présents dans ses romans.


Livra'deux pour pal'Addict
Ma 4ème participation, cette fois avec Babylon;
Challenge Légende arthurienne
Ma 5ème participation au challenge d'Auudrey.
Challenge Moyen-Âge
Ma 2ème participation au challenge d'Hérisson -
Challenge "Mythologies du monde "
Ma 13ème partcipation au challenge de Myrtille - légende arthurienne revisitée
Challenge ABC 2013
Ma 9ème participation au challenge de Ptitetrolle.
Challenge "Je veux du héros !"
Ma 5ème participation au challenge de Nadège - Lancelot , "un géant, grand et fort, endurci par la guerre, marqué par les combats, un homme-roi, un roi" (page 85). Quelle femme pourrait résister ?
Challenge "50 états 50 billets"
Ma 5ème participation au challenge de Sofynet - nuitée dans le New Jersey, cet état ayant vu naître l'auteure.
Rendez-vous "La 99è page"

Logo Livraddict
babelio
booknode

vendredi 30 août 2013

Le Roi perdu de Le Tendre & Lereculey - Golias, tome 1

Le Roi perdu de Le Tendre & Lereculey - Golias, tome 1

 

Fiche détaillée

Scenario > Serge Le Tendre
Dessin > Jérôme Lereculey
Couleur > Stambecco
Editeur > Le Lombard
Série > Golias, tome 1
Genre > Fantasy historique
Date de parution > 2012
Nombre de planches > 46

auteur
(sources : Wikipédia et bedethesque)

Serge Le Tendre 

Serge Le Tendre, né en 1946, publie ses premiers scénarios en 1975 dans Pilote et Tousse Bourin. La même année, il débute La Quête de l'oiseau du temps dans Imagine, luxueux fanzine dirigé par Rodolphe. La série, relancée pour Charlie Mensuel en 1982 et publiée ensuite par Dargaud rencontre un très grand succès et est aujourd'hui considérée comme l'acte fondateur de l'Heroic fantasy en bande dessinée francophone.
Il crée ensuite avec Pierre Makyo et Alain Dodier en 1985 Jérôme K. Jérôme Bloche, un détective dans la plus pure veine des histoires de détective, dont il abandonne le scénario après les deux premiers volumes, en 1987 Le Cycle de Taï Dor, autre série d'Heroic fantasy à succès, Labyrinthes en 1993. Actuellement, il s'occupe principalement de son western asiatique Chinaman, inauguré avec TaDuc en 1997.

 

Jérôme Lereculey

Jérôme Lereculey est né en 1970 à Saint Malo. Après son Bac, il suit des études scientifiques, et intègre une école d'ingénieur textile. Parallèlement, il suit pendant huit ans les cours périscolaires de l'école des Beaux-Arts de Rennes. Puis, pendant un an, il prend des cours du soir de nu à Mulhouse. Sa période d'apprentissage de la bande dessinée s'affirme à travers l'association, Atchoum, qu'il crée avec Fagès, Le Saëc et Duval, à Rennes. Il progresse grâce à Plessix, Rollin et Pellerin qui lui apprennent à maîtriser l'art de la BD. Lereculey a obtenu le prix Ballon Rouge, prix du meilleur dessinateur, à Saint-Malo pour un polar sorti de l'imagination débridée de David Chauvel : Nuit Noire. Puis, ils se retrouvent revisitant les mythes gallois pour une adaptation en bande dessinée de la vie du roi Arthur. Interprétation du mythe païen, cette série retrace l'histoire de la Bretagne avant son appropriation par les moines chrétiens. Jérôme Lereculey renoue là avec le récit légendaire, un genre qu'il affectionne particulièrement et son style révèle, une fois de plus, ses immenses qualités graphiques !
Texte © Delcourt
- son blog -

quatrieme de couverture

Dans une Grèce antique de légende, sur l'île d'Ankinoë, le Prince Golias rêve de voyages tout en s'entraînant avec son compagnon d'armes et en jouissant des douces mélopées de sa soeur. Mais quand son cousin décide d'assouvir ses pulsions les plus sordides, les luttes de pouvoir larvées éclatent au grand jour et remettent en cause la destinée de chacun. S'il veut conserver son rang et sauver la vie de son père, le Roi, Golias va devoir affronter bien des périls...

avis personnel

Le roi Farstal, selon les traditions de son peuple, n'a plus que deux ans pour donner un héritier au trône d'Ankinoë; passé ce délai, il devra céder sa couronne à son amibitieux frère Polynos.
Jusqu'ici, les guérisseurs qui se sont risqués à soigner la stérilité de la reine, ont tous échoué et l'ont payé de leur vie. Mais l'arrivée du mage nubien Sarhan redonne espoir aux deux époux royaux, qui finissent par engendrer Golias, le successeur désigné du roi, et Aeréna, princesse aussi belle que sa mère.

16 ans plus tard, les ambitions de Polynos n'ont guère faibli, et le prince félon décide de forcer le destin...

Les magnifiques première et quatrième de couverture m'avaient laissé présager une plongée enchanteresse au sein de la Grèce antique, mais je dois avouer que si la lecture fut plaisante, elle n'en reste pas moins décevante et sans surprise...

La faute selon moi à des personnages trop manichéens et stéréotypés et à une histoire trop prévisible.
Les méchants sont laids (mention spéciale au cousin Varon, adipeux et libidineux, veule et répugnant) et les gentils beaux ! J'aurais aimé un peu plus de profondeur dans les personnages et de complexité dans la trame scénaristique, j'aurais aimé que certains passages soient plus développés (par exemple, que l'on en apprenne davantage sur les machinations de l'oncle Polynos). De plus, les thèmes sont assez convenus : la rivalité de deux frères pour le pouvoir, un complot, une trahison. Cela ne me gêne pas en soi-même, mais le traitement ne laisse place à aucune révélation surprenante, ni aucun suspens. Je reste donc un peu sur ma faim même si le rythme de la narration est enlevé et agréable...

Côté dessin, j'ai apprécié le trait précis du dessinateur qui nous offre des personnages aux visages réalistes et expressifs, ainsi que des décors détaillés. Le découpage et le cadrage donnent du rythme à l'histoire.

Pour conclure, une lecture à la fois distrayante et frustrante. Le potentiel est un peu gâché à mes yeux par une narration un peu trop linéaire et quelques poncifs, mais je sens que je ne pourrai pas m'empêcher de lire la suite en espérant cette fois  être surprise !

Appréciation :

note : 3 sur 5


GOLIAS T1, la bande-annonce par LeLombard
extrait

Le Roi perdu de Le Tendre & Lereculey - Golias, tome 1     Le Roi perdu de Le Tendre & Lereculey - Golias, tome 1

Le Roi perdu de Le Tendre & Lereculey - Golias, tome 1

divers

 

Challenge "L'Odyssée grecque"

Challenge "L'Odyssée grecque" : 8/100

 

Logo Livraddict

babelio

booknode

mercredi 21 août 2013

Vox Populi d'Isabelle Dethan - Les Ombres du Styx, tome 2

Vox Populi d'Isabelle Dethan - Les Ombres du Styx, tome 2

 

Fiche détaillée

Scenario > Isabelle Dethan
Dessin > Isabelle Dethan
Couleur > Isabelle Dethan
Editeur > Delcourt
Série > Les Ombres du Styx,tome 2
Genre > Peplum, policier
Date de parution > 2013
Nombre de planches > 46

auteur
(sources : Wikipédia)

Isabelle Dethan

Isabelle Dethan est une dessinatrice et scénariste de bandes dessinées née en 1967 à Bègles. Elle a remporté l'Alph'Art Avenir au festival international de la bande dessinée d'Angoulême en 1992.
Son premier récit est publié en Allemagne, dans la revue Schwermetall.
Après des études de lettres modernes couronnées par une maîtrise et par un CAPES de documentation, elle s'aperçoit qu'il y a quelque chose à tenter en tant qu'auteur de bandes dessinées : elle aime le dessin et l'Histoire, et le festival d'Angoulême organise un concours pour les auteurs amateurs. Elle gagne l'Alph 'Art avenir en 1992 ; les éditeurs, encore dubitatifs six mois avant, lui sourient enfin : c'est le début d'une carrière. Ses premières séries, Mémoire de sable et Le Roi Cyclope, qu'elle réalise en tant qu'auteur complet, se déroulent dans un monde parallèle, mais sur les conseils de son compagnon, Mazan, elle se lance dans l'aventure historique avec Sur les terres d'Horus, en 2000. Khéti, fils du Nil, série destinée à un plus jeune public voit le jour en 2006, en collaboration avec Mazan au dessin.
Isabelle Dethan scénarise aussi Le Rêve de pierres ( éd. Vents d'Ouest) pour Daphné Collignon, et Le Tombeau d'Alexandre (éd. Delcourt) avec Julien Maffre aux pinceaux : le XIXe siècle, aventureux et orientalisant (toutes ses dernières séries portent sur l'Égypte !), Isabelle Dethan fait aussi dans la veine intimiste : Tante Henriette, Ingrid, ou encore Eva aux mains bleues, explorent de diverses façons les souvenirs d'enfance...

quatrieme de couverture

195 après J.-C., Rome, capitale de l'Empire romain.
Dix ans avant la série de meurtres d'enfants perpétrés à Leptis Magna, des crimes semblables ont lieu de l'autre côté de la Méditerranée, au coeur de la capitale de l'Empire, dans la majestueuse Rome, touchant cette fois-ci la caste des artisans. Le tueur aux momies est amené à croiser, pour la première fois, la route de Terentius Aquila et de sa famille, pour le plus grand malheur de tous.

avis personnel

Dans ce deuxième tome, Terentius Aquila, le suspect principal, dévoile tout un pan de son passé à Dento, l'enquêteur dépêché à Leptis Magna par l'empereur. On s'éloigne donc de l'enquête elle-même pour découvrir la vie et les contraintes sociales des riches familles patriciennes de Rome, peu favorables au bonheur personnel, et encore moins aux femmes de cette caste.
En effet, Terentius Aquila y mène une double vie : marié selon les exigences de sa famille à Sabina, une femme qu'il n'aime pas et qu'il délaisse , surtout depuis qu'elle lui a donné un héritier, pour l'Egyptienne Henouttanebet et les deux filles qu'il a eues d'elle, Khaty et Tiya, il passe le plus clair de son temps en compagnie de sa famille de coeur, attisant ainsi le courroux de sa famille de sang.
Sabina, quant à elle, ne peut prétendre à de telles libertés, forcée à la chasteté par la surveillance que sa belle-mère exerce sur elle, condamnée à supporter les infidélités de son époux qui obtiendrait automatiquement la garde de leur fils Caïus  en cas de divorce....

Parallèlement, la tension monte dans la capitale romaine suite aux crimes perpétrés sur des enfants d'artisans par un tueur  qui en est à sa 5è victime; de ce fait, les altercations se multiplient entre Romains et Egyptiens, qui sont soupçonnés d'enlever les enfants pour les sacrifier à leurs dieux étrangers, menaçant du même coup le bonheur d'Aquila et de sa maîtresse.

Même si l'enquête est momentanément délaissée, j'ai été complètement happée par l'histoire captivante d'Aquila et de sa famille. J'ai adoré la manière dont l'auteure s'y prend pour faire monter progressivement la tension jusqu'au drame final, j'ai adoré sa manière subtile de nourrir son récit de détails réalistes sur la vie des Romains, et plus particulièrement sur celle de Terentius.

Isabelle Dethan nous dresse le déchirant portrait d'un homme puni de ses incartades de la plus cruelle des manières.
On découvre enfin le secret lié à la pièce où Aquila aime tant se retirer, mais le mystère entourant les meurtres reste entier... même si différentes pistes sont suggérées dans ce tome, qui, par le sujet et le traitement même de l'histoire, gagne en intensité et en émotions !

J'ai retrouvé avec un immense plaisir le trait délicat de la dessinatrice (même si les défauts inhérents à la grossièreté des visages persistent, mais cette fois, ils m'ont moins gênée), son sens de la mise en scène, la beauté de ses décors et de ses couleurs aussi chatoyantes que lumineuses !
Bref, j'ai hâte de lire le dénouement dans le 3è et dernier tome à venir, d'autant que j'ai moi-même ma théorie sur le ou les assassins possibles !

- Page Facebook -

Appréciation :

note : 5 sur 5

Mes autres avis sur la série : tome 1

 

extrait

Vox Populi d'Isabelle Dethan - Les Ombres du Styx, tome 2    Vox Populi d'Isabelle Dethan - Les Ombres du Styx, tome 2

divers

 

La pourpre et l'or - Murena T1 - de Dufaux et Delaby

Ce billet est ma 14è participation au challenge de Soukee.

Challenge "Polar historique" organisé par Samlor

Ma 4ème participation au challenge de Samlor.

 

Logo Livraddict

babelio

booknode