vendredi 7 juillet 2017

Otoko Geisha d'Eva Justine

"Sans prendre le temps de s’attarder devant les échoppes proposant des denrées alimentaires ou des articles de décoration traditionnels, Mikio se pressait au milieu de la chaussée tout en évitant des flaques d’eau, et en faisant bien attention que personne ne l’éclabousse. "
 
Un homme geisha a-t-il le droit d’être amoureux ?
Élevé dans une maison des plaisirs, Mikio est un otoko geisha. Rompu aux arts de la sensualité, de l’écriture, du chant et de la conversation, il aspire plus que tout à s’élever dans la société nippone. Entrer au service du seigneur Akana Fujiwara no Akimitsu lui ouvre le chemin vers la reconnaissance. Mais il lui faudra se soumettre à tous ses désirs, même les plus vicieux. Pris au jeu de la soumission, le jeune homme apprendra à aimer et respecter cet étrange maître… jusqu’à ce qu’il fasse la rencontre de Kaori, le frère jumeau de son seigneur. Troublé au plus profond de son âme, Mikio suivra ses sentiments en un tracé sinueux.
Entre l’art de la vie japonaise au XVIIIe siècle, les délices d’un voyage au palais impérial, et les ravages d’un tremblement de terre, il affrontera avec honneur toutes les épreuves mises sur le chemin de son bonheur.
Mais sera-t-il capable de décider quel homme emportera son cœur ?
Je dois dire que je ne connaissais pas du tout l'existence des geisha mâles, aussi étais-je curieuse de lever le voile sur ce mystère. Pari réussi pour l'auteure puisque je me suis laissée transporter dans ce Japon féodal du début du XVIIIème siècle, cela change agréablement des romances historiques se déroulant habituellement dans les Highlands ou dans l'Angleterre victorienne (dont l'époque n'est qu'un prétexte et pour laquelle le contexte historique est très souvent trahi - je parle surtout des romances anglo-saxonnes, car pour l'instant, je trouve les romances historiques écrites par les auteures françaises d'un niveau bien supérieur !!). Comme je ne connais rien (ou presque) au Japon ou à l'époque où est censé se dérouler le récit, je ne pourrai donc avoir un regard critique quant à cet aspect-là. La seule chose que je peux vous dire, c'est que la plupart des chapitres ont pour titres des proverbes japonais et que l'auteure fait régulièrement référence à certains rituels et titres spécifiques au Japon, nous donnant l'impression de vivre à cette époque. On sent que l'auteure s'est documentée sur l'histoire et la civilisation, même si on aurait aimé que le contexte historique et culturel soit davantage  fouillé et développé.

«Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence.»
(Chapitre 5)

Concernant l'intrigue amoureuse, j'avoue à un moment avoir eu peur que l'on s'achemine vers un énième triangle amoureux (et de plus, mettant en scène deux frères), mais finalement, l'auteure nous surprend en donnant à son histoire une direction presque inattendue. J'ai beaucoup aimé les personnages de l'histoire : bien qu'ils soient très stéréotypés (Mikio, l'amant docile et sentimental, Akana, le maître pervers et autoritaire, Ling, le serviteur loyal et sage, Kimi, la courtisane magnifique mais fourbe, Kaori, l'amoureux transi...), ces clichés ne m'ont pas du tout dérangée, au contraire, je trouve qu'ils donnaient au récit la touche onirique d'un conte

«Fleur tombée ne retourne jamais à sa branche.»
(Chapitre 19)

Quant aux scènes érotiques, elles sont très sensuelles et décrites de manière fort poétique : en effet, l'auteure utilise des métaphores japonisantes pour faire allusion à l'acte, si bien que les demandes parfois très inventives d'Akana, ne sont jamais  gênantes bien longtemps! ^^

«Si tu veux commencer une chose, envisage d'abord sa fin.»
(Chapitre 22)


En bref :

Les + : une écriture douce et poétique ; un dépaysement délicieux ; des personnages  attachants
Les - : une description trop superficielle de l'époque et de la culture japonaises malgré les références japonisantes ;
(sources : Milady)

Avant de devenir auteure, Eva Justine était artiste peintre. Désormais, c’est sur des pages blanches qu’elle laisse libre cours à son imagination et prend plaisir à écrire des histoires sensuelles et sensibles. Chacun de ses romans est une invitation au voyage. Mariée, elle a deux fils et vit dans le Sud-Ouest de la France.
https://parthenia27.blogspot.fr/2016/11/challenge-litterature-lgbt-2-organise.html 
Ma 1ère participation au challenge de Ichmagbücher -  romance homoérotique
 
Ma 80ème participation au challenge de Lynnae - évocation de l'empereur Higashiyama et du tremblement de terre de 1703
http://www.livraddict.com/biblio/livre/l-enchanteur-1.html
 babelio
https://booknode.com/l_enchanteur_015479

4 commentaires:

  1. Oho !!! Me voilà conquise ! Zou, un nouveau livre dans ma wish !
    Merci pour cette chronique toute douce et agréable, un vrai petit bonheur :3
    Bonne soirée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Sylphideland, j'espère que la lecture te sera tout autant agréable ! Bon dimanche à toi !

      Supprimer
  2. Oh une romance historique qui a l'air super chouette !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que j'ai passé un très bon moment de lecture, très dépaysante...

      Supprimer